fbpx

L’Union européenne est homophobe, racialiste, identitaire et nationaliste

Union Européenne Homophobe Racialiste Identitaire Nationaliste
 
Sans qu’il soit besoin de grands reportages internationaux, une simple promenade dans Paris ouvre des perspectives inattendues sur l’Union européenne. On l’y découvre homophobe, racialiste, uniculturaliste, identitaire et nationaliste, le tout avec le soutien explicite et l’argent de Bruxelles, c’est du moins ce qui appert d’une publicité gigantesque dans le couloir le plus fréquenté de la station de métro Montparnasse Bienvenüe.
 
Il y a, le long du grand tapis roulant en sous-sol à l’approche de la gare Montparnasse, là où les édiles parisiens essayèrent en vain voilà quelques années un modèle à grande vitesse, une réclame produite par l’Union européenne. Elle y fait, à grand renfort d’images et de schémas, l’éloge des unions entre Européens et Européennes de diverses nations, de la Finlande à l’Espagne : leur produit, jeunes rejetons de l’Europe, en seront demain à l’en croire les meilleurs ambassadeurs.
 

Une réclame pour l’union homophobe et racialiste

 
Il n’y a qu’un problème, c’est que cette publicité cyclopéenne payée par Bruxelles est, de façon tout à fait étonnante, très peu politiquement correcte, elle est même quasi nauséabonde.
 
Cette réclame est homophobe : on n’y voit que des couples hétérosexuels, seuls habilités à procréer pour et par l’Union européenne.
 
Cette réclame est racialiste et uniculturaliste. Tous les personnages de cette vaste fresque qui s’étale sur des dizaines de mètres sont blancs et portent des prénoms chrétiens, heureux parents rapprochés par Erasmus ou petites têtes blondes ou brunes destinées à porter haut les couleurs de l’Europe.
 
Cette réclame est identitaire et nationaliste : les futurs ambassadeurs de l’Union européenne sont tous nés d’unions entre Européens et choisis pour tels.
 

Une union européenne identitaire et nationaliste

 
J’ignore si Nadine Morano a eu raison ou tort de citer les mots du général De Gaulle à son jeune ministre Alain Peyrefitte, qui ont fait controverse : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ».
 
Mais on peut constater que les gens qui dirigent l’Union européenne pensent quelque chose d’analogue à son propos. Et qu’ils font profession de convictions jugées ailleurs homophobes, racialistes, uniculturalistes, identitaires et nationalistes dans les couloirs du métro parisien, aux frais des contribuables français et européens.
 

Pauline Mille