fbpx

L’ambassadeur de Donald Trump à l’ONU : Richard Grenell, activiste homosexuel revendiqué ?

ambassadeur Donald Trump ONU Richard Grenell activiste homosexuel
 
La rumeur vient d’une source de droite – Fox News -, et elle semble fondée : Donald Trump envisage pour le poste de secrétaire des Etats-Unis à l’ONU un habitué des lieux, Richard Grenell. L’homme est un homosexuel revendiqué qui a soutenu Trump au cours de la campagne comme meilleur candidat possible pour la communauté LGBT. S’il est effectivement nommé, Grenell serait le premier activiste homosexuel auto-proclamé à occuper un poste d’un tel niveau, puisque l’ambassadeur à l’ONU a aujourd’hui aux Etats-Unis un rang ministériel.
 
C’est peu de dire que la simple prise en considération de Richard Grenell pour le poste a déçu ceux des Américains qui voient la défense de la famille et du mariage naturel comme une priorité – et ils sont nombreux. Bryan Fischer, de l’American Family Association, a déjà appelé les conservateurs à la mobilisation : « Nous allons devoir combattre Trump aussi âprement pour ce qui est de la politique pro-homosexuelle que nous aurions dû combattre Hillary. »
 
Pour ce poste très visible sur le plan de la politique étrangère des Etats-Unis, les chances de Richard Grenell ne sont pas connues avec précision. Mais c’est un homme apprécié dans les milieux de la droite « neocon ». Fréquemment invité sur Fox News, il doit sa première nomination politique à George W. Bush qui l’avait désigné en 2001 comme directeur de la communication et de la diplomatie publique auprès de l’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU.
 

L’ambassadeur Donald Trump à ONU pourrait poursuivre la politique pro-LGBT d’Obama

 
Partisan d’une politique plus dure à l’égard de l’Etat islamique, il a également critiqué Obama pour son soutien trop modéré, à son sens, à l’égard d’Israël. Mais pour ce qui est de la politique actuelle de soutien aux droits LGBT et spécialement des transgenre, son arrivée ne marquerait pas une rupture par rapport à l’administration sortante.
 
En 2012, rappelle LifeSite, Grenell avait dû rapidement quitter son poste de porte-parole du candidat républicain d’alors, Mitt Romney, blackboulé par des conservateurs républicains. Mais à la différence de Mitt Romney, Trump n’est plus en campagne.
 
Sachant que la promotion des droits LGBT a été au cœur de la politique étrangère définie par Obama et son administration, le choix d’un « gay » revendiqué à l’ONU dont le secrétaire général sortant est partisan d’une même approche, le nouveau, Antonio Guterrez, ne semblant pas devoir dévier de cette nouvelle « norme », la possible nomination à l’ONU d’un homosexuel militant sonne l’alerte.
 

Richard Grenell, activiste homosexuel, pressenti comme ambassadeur à l’ONU

 
La question est en effet ouverte : quelle sera l’attitude de Donald Trump à l’égard de la politique pro-LGBT, selon laquelle « les droits gays sont des droits de l’homme et les droits de l’homme sont des droits gays » ? Une politique qui ne se borne pas à dénoncer les violences et la haine à l’égard des homosexuels, mais qui revendique pour eux le « droit » au « mariage » et coupe l’aide aux pays du tiers monde affichant encore une législation jugée « anti-gay »…
 
Pour Grenell, la réponse ne fait pas de doute. Il a salué avec enthousiasme le geste de Trump brandissant un drapeau LGBT en campagne, le 30 octobre dernier dans le Colorado : « Moment historique pour l’égalité gay… Aucun autre candidat investi par le parti républicain de l’histoire n’a embrassé la communauté LGBT d’une manière aussi forte et fière… » Selon Grenell, cet aspect du personnage a été médiatiquement peu mis en avant, or il correspond à une constante chez Trump qui ne s’est jamais, comme les précédents candidats républicains, jugé « lié par rapport aux bruyants activistes de la droite religieuse ». C’est « le plus pro-LGBT des présidents élus de tous les temps », tweetait encore Richard Grenell le 13 novembre.
 
Depuis son élection, Donald Trump a déclaré que pour lui le « mariage » gay fait aujourd’hui partie du « droit établi ».
 

Anne Dolhein