fbpx

Arrestation de Mohamed Abrini, impliqué dans les attentats de Paris et de Bruxelles

Arrestation Abrini attentats Paris Bruxelles

Capture d’écran d’une vidéo de surveillance, montrant Mohamed Abrini et Salah Abdeslam le 13 novembre 2015 dans une station service à Ressons au nord de Paris.


 
Le parquet fédéral belge a annoncé vendredi soir l’arrestation de Mohamed Abrini, un suspect qui serait impliqué dans la préparation des attentats du 13 novembre à Paris, et qui pourrait également être le fameux « homme au chapeau » filmé à l’aéroport de Bruxelles peu avant le double attentat du 22 mars. Quatre autres personnes ont également été arrêtées à cette occasion.
 
Le substitut du parquet fédéral, Thierry Werts, a souligné que Mohamed Abrini, 31 ans, figurait sur la liste des fugitifs les plus recherchés d’Europe. Il avait été filmé le 11 novembre 2015 dans une station-service de l’autoroute menant à Paris en compagnie de Salah Abdeslam. Les deux hommes circulaient à bord d’une Clio noire utilisée deux jours plus tard dans les attentats de Paris.
 

Arrestation de Mohamed Abrini, suspect à Paris et Bruxelles

 
« Il ressort de l’instruction sur les attentats de Paris que Mohamed Abrini et Salah Abdeslam ont loué l’appart-hôtel à Alfortville juste avant les attentats. C’est dans cet appartement que plusieurs des terroristes kamikazes ont séjourné peu avant les attentats de Paris », a souligné Thierry Werts.
 
Cette affirmation vient éclaircir un point particulier de l’enquête sur les attentats de Paris. On n’a cessé en effet de présenter Salah Abdeslam comme le dernier homme vivant en ce qui concerne la journée sanglante du 13 novembre. Il semble aujourd’hui que ce soit à la fois vrai et faux. Vrai, parce qu’il serait donc le dernier membre des commandos ayant perpétré ces attaques. Faux, puisque l’on constate que plusieurs des personnages arrêtés hier étaient impliqués dans ces attentats.
 
Par ailleurs, selon la justice belge, Mohamed Abrini pourrait aussi être « l’homme au chapeau » de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, filmé aux côtés d’Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, les deux kamikazes islamistes qui se sont faits exploser dans le hall des départs.
 

Nouvelles précisions attendues dans les enquêtes sur les attentats

 
Mohamed Abrini a été arrêté dans l’après-midi à Anderlecht, dans l’agglomération bruxelloise, à la suite de l’appel à témoins lancé la veille par le parquet fédéral. Celui-ci précise que ses empreintes digitales et son ADN « ont été identifiés dans différents endroits, notamment des planques rue Max Roos, rue Henri Berger, à Schaerbeek, mais aussi dans la voiture Renault Clio qui a été utilisée lors des attentats de Paris ».
 
Quant à Oussama K., l’un des hommes arrêtés ce vendredi, il a « été filmé dans le complexe City2, à Bruxelles, lors de l’achat de sacs qui servirent lors des attentats à l’aéroport de Bruxelles National ». Les enquêteurs pensent qu’il pourrait être également impliqué dans l’explosion du métro qui a suivi.
 
Ces nouveaux éléments viennent compléter les enquêtes tant dans les affaires des attentats de Bruxelles que de Paris. Les enquêteurs vont maintenant se pencher sur ces nouveaux éléments. Il va de soi que les arrestations ayant eu lieu en Belgique, les enquêteurs belges seront prioritaires dans l’exploitation de ces nouvelles données. Selon les développements que les interrogatoires permettront ces prochains jours, il est même envisageable que le transfert de Salah Abdeslam en France puisse être retardé.
 

François le Luc