fbpx

Un peu d’aspirine jugulerait-il le cancer ?

En 2050, pratiquement aucune personne de moins de 80 ans ne mourra plus de cancer en raison des avancées de la prévention et des traitements, assure une étude du University College de Londres. Les chercheurs affirment que la prise quotidienne d’une aspirine à dosage « bébé » (75 mg) pendant dix ans entre les âges de 50 et 65 ans est la meilleure action isolée permettant de prévenir le cancer.
Une telle prescription permettrait également de rendre moins fréquentes crises cardiaques et attaques cérébrales.