fbpx

Un chrétien tué à l’arme blanche au Bangladesh par des islamistes

Bangladesh chrétien tué arme blanche islamistes
 
Un chrétien a été tué à l’arme blanche près d’une église au nord-ouest du Bangladesh après la prière dominicale, lors d’une attaque qui n’est que la dernière en date d’une série d’attentats qui frappe les minorités religieuses. Elle a été revendiquée par le groupe Etat Islamique.
 

Un chrétien tué à l’arme blanche

 
Selon la police, des agresseurs non-identifiés ont assassiné l’homme de 65 ans, Sunil Gomes dans le village de Bonpara qui abrite l’une des plus anciennes communautés chrétiennes dans un Bangladesh majoritairement musulman.  « Sunil Gomes a été tué à l’arme blanche dans son épicerie tout près de l’église du village de Bonpara » a déclaré Shafiqul Islam, chef-adjoint de la police du district de Natore, qui inclut Bonpara, selon des propos rapportés par l’AFP.
 
Pour l’Etat islamique, qui a revendiqué l’assassinat via son agence de presse Amaq, il s’agit d’une action qui s’inscrit dans une « série d’opérations » au Bangladesh. Le meurtre s’est produit quelques heures seulement après l’assassinat brutal de la femme d’un officier de police anti-terroriste dans la ville de Chittagong (au sud) par ce qui semblerait être des membres d’un groupe local extrémiste interdit, le Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB).
 

Ce meurtre commis par des islamistes s’inscrit dans une série contre les minorités

 
Le Bangladesh connaît une série d’attaques contre des militants libéraux et des membres de minorités religieuses qui a entraîné la mort de plus de quarante personnes ces trois dernières années. Pour les autorités, les coupables sont des autochtones islamistes et non l’EI ou une branche d’Al-Qaïda. Le Gouvernement laïque accuse ses rivaux politiques, dont le plus important parti musulman, le Jamaat-e-Islami, d’essayer de déstabiliser le pays. Les experts affirment que des mesures énergiques contre les opposants, notamment une interdiction du Jamaat après une longue crise politique, en a poussés vers l’extrémisme.
 
Selon un enquêteur de police, l’inspecteur Abdur Razzak, les raisons de ce dernier meurtre rappellent celles de membres d’autres minorités religieuses ces derniers mois. Le père Bikash Hubert Rebeiro, de l’église catholique de Bonpara, a déclaré à l’AFP que Gomes, dont le frère est prêtre, travaillait habituellement comme jardinier à l’église et était connu pour son humilité. « Je ne comprends pas comment on peut tuer un homme innocent comme lui » a déclaré le père Ribeiro.
 

Au moins dix personnes tuées par les islamistes au Bangladesh ces dernières semaines

 
Un négociant hindou a également été assassiné la semaine dernière, quelques jours après le meurtre d’un médecin homéopathe et d’un moine bouddhiste dans un temple. Ce sont au moins dix personnes qui ont été tuées par des militants islamistes ces dix dernières semaines au Bangladesh.
 
Un prêtre catholique d’origine italienne a été grièvement blessé par balles dans le nord l’an dernier, un attentat revendiqué par l’EI. Et un pasteur a manqué de peu se faire trancher la gorge.
 

Patrick Neuville