fbpx

George Osborne présente le budget britannique : promesses aux « travailleurs » du Royaume-Uni et attaques contre les familles

budget britannique attaques contre familles travailleurs Royaume-Uni Osborne
 
Le premier budget du nouveau gouvernement de David Cameron ne manque pas de démagogie : le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, se glorifie d’avoir présenté le premier budget conservateur en vingt ans à prévoir un salaire « de vie » assurant un niveau de revenus décent aux travailleurs les moins bien payés. Mais dans le même temps, le budget britannique prévoit des mesures dictées par la culture de mort qui porteront notamment atteinte aux familles et qui ne constituent pas une promesse pour l’avenir du Royaume-Uni.
 
Du côté des travailleurs, la réforme reste cependant modeste : le salaire minimum passe à 7,20 £ par heure… à compter d’avril prochain, et à 9 £ en 2020. Le « salaire de vie » pourra être financé par les entreprises, a annoncé George Osborne, grâce à une coupe de 2 points sur la taxe sur les sociétés qui passe de 20 à 18 %.
 

Le budget conservateur britannique prévoit un « salaire de vie » pour les travailleurs… en 2020

 
La belle affaire ! Ce ne sont pas de telles mesures autoritaires qui vont réellement libérer la propriété privée, même si le Royaume-Uni connaît un niveau de prélèvements obligatoires moins élevé que celui de la France.
 
Le budget annonce des coupes sombres dans les différentes allocations sociales et familiales. Les premiers bénéficiaires visés sont les familles de plus de deux enfants qui seront « punies » pour leur choix de transmettre généreusement la vie : elles seront privées du crédit d’impôt lié aux enfants et d’allocations de logement. C’est un choix délibérément antifamilial et anti-vie, une mesure fondamentalement injuste. Et une mauvaise nouvelle pour les pensions qu’il faudra verser à une population vieillissante.
 
Elle est dans la logique qui sévit actuellement en France où les bénéfices du quotient familial ont été sévèrement limités et où le gouvernement socialiste vient de porter une grave atteinte à l’universalité des allocations familiales en les mettant sous condition de ressources. Les familles qui ont des revenus convenables et de nombreux enfants se voient privées de cette aide qui compense très partiellement les dépenses supplémentaires entraînées par la taille de leurs familles. Le scénario sera donc le même au Royaume-Uni. Les conservateurs d’outre-Manche font comme les socialistes en France, mais il est vrai que c’est déjà David Cameron qui a présidé à la légalisation du « mariage » gay.
 

Attaque contre les familles du Royaume-Uni : George Osborne coupe les allocations à partir de trois enfants

 
L’annonce de la fin des bourses étudiantes, remplacées par des prêts aux étudiants, peut également entraîner des conséquences néfastes. Si le but affiché est de rendre les études supérieures plus accessibles, bien des études ont montré que les prêts étudiants, remboursés au cours des premières années de la vie active, pèsent lourdement sur les nouveaux foyers qui remettent à plus tard l’arrivée de leur premier enfant.
 
George Osborne prévoit également de faciliter et d’allonger le travail dominical. C’est là encore une tendance européenne dont il ne faut pas négliger le sens profond : c’est une sorte de sacrifice au dieu Mammon, un refus délibéré de la primauté du spirituel et du troisième commandement, une contestation du droit divin qui par le repos dominical rappelle à l’homme qu’il est fait pour autre chose que le travail et les biens de ce monde.
 

Anne Dolhein