fbpx

Calais : gestion migratoire, gestion médiatique

Calais gestion migratoire médiatique

Les CRS ont quitté l’intérieur de la « jungle » un peu avant 18 h, sous les gestes provocants de migrants et d’activistes.


 
Lundi, le début du démantèlement d’une partie du bidonville de Calais, plus connu sous le nom de « jungle », lieu où se sont rassemblés, au fur et à mesure du temps qui passe et particulièrement ces derniers mois, des milliers de migrants dans l’espoir, souvent déçu, de passer au Royaume-Uni, a provoqué des réactions de tension et d’hostilité. Car ce n’est pas à une simple gestion de la crise migratoire que le gouvernement s’attaque enfin – même si l’on peut discuter de sa méthode, et de ses raisons ; c’est à un déferlement médiatique que les autorités doivent faire face, fait de considérations humanitaires et de sous-entendus politiques.
 
Si les premières heures de l’opération, avec l’arrivée de représentants des forces de l’ordre et de techniciens, ont pu donner à croire que tout se déroulerait dans le calme, rapidement, et dès le milieu de la journée, le travail de démantèlement a donné lieu à des jets de pierres et des débuts d’incendie de la part de quelques centaines de migrants et de militants associatifs, tandis que des tirs de gaz lacrymogènes de la part des CRS venaient essayer de rétablir le calme.
 

Calais : la tension migratoire perdure

 
Après un premier apaisement, la situation s’est à nouveau tendue en début de soirée lorsque des migrants ont lancé des projectiles sur des véhicules qui empruntaient la route longeant la « jungle » et menant au port de Calais.
 
Pourtant, le matin, la préfecture du Pas-de-Calais avait déclaré avoir mis en place « un dispositif de protection des forces de sécurité pour permettre à la société qui procède au retrait des tentes et abris inoccupés d’effectuer son travail ».
 
Malgré ces incidents, en fin de journée, la société préposée au nettoyage du camp avait dégagé quelque 5.000 mètres carrés, et les forces de l’ordre avaient procédé à l’arrestation de quatre personnes – trois militants et un migrant – qui voulaient s’y opposer.
 
Le préfet du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a justifié dans un communiqué l’importance du dispositif policier mis en place par « la présence de nombreux activistes extrémistes qui ont intimidé les migrants pour qu’ils n’acceptent pas les propositions d’hébergement ». En face, on rétorque que le déménagement se fait trop tôt, les logements proposés en lieu et place du bidonville étant notoirement trop peu nombreux pour permettre d’y accueillir tout le monde.
 

L’incrédulité face aux promesses

 
Les autorités françaises se font prudentes sur le sujet qui, faute d’avoir été traité à temps, est devenu explosif. D’autant que les Nations unies viennent de dénoncer l’incapacité des pays européens à trouver des solutions communes, et précisé que l’Europe était « au bord d’une crise humanitaire qu’elle a largement provoquée elle-même ».
 
C’est donc avec prudence que le ministre de l’Intérieur a assuré mardi que le démantèlement du camp de Calais se poursuivrait malgré les incidents survenus lundi, réaffirmant « la détermination du gouvernement à mettre à l’abri les migrants de Calais », et rejetant la responsabilité des violences sur « l’activisme d’une poignée de militants No Borders extrémistes et violents ».
 
« Une place à chacun »… L’engagement théorique du gouvernement est donc contesté par les militants et certains migrants, sans que Bernard Cazeneuve juge utile de répondre précisément à leurs attaques.
 
L’opération a donc continué mardi, dans un calme plus grand, semble-t-il, malgré quelques interpellations, mais le feu couve toujours dans certains esprits que la sobriété des propos ministériels n’aura pas suffi à calmer.
 
Le gouvernement manifestement est passé outre, sans doute rassuré par les récentes décisions de justice.
 

Une gestion médiatique délicate

 
Mais il aurait tort d’estimer le dossier réglé. Un incendie plus important que celui de quelques misérables abris est en train de gagner les réseaux sociaux et médiatiques. La pointe la plus visible de cette nouvelle attaque est sans doute la tribune signée la semaine dernière par quelque 250 personnalités et organisations diverses. Elles appelaient à ne pas réduire la France « à des barbelés et des bulldozers »…
 
C’est un peu sommaire, sans doute. Mais cela a le mérite redoutable de rencontrer un écho dans la population – surtout quand elle n’habite pas à proximité de ladite « jungle ».
 
Pour l’heure, le gouvernement ne se soucie guère des bruits ou des buzz. Il semble tout entier préoccupé par l’idée que, s’il venait à cesser d’agir, il s’écroulerait, tant son impopularité est grande. La question de l’élection présidentielle de 2017 paraît soudain bien lointaine. L’important, c’est, pour l’instant, de tenir jusque-là…
 

François le Luc