fbpx

Le Califat islamique ne sera pas vaincu par des raids aériens

Califat islamique raids aeriens
 
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a affirmé hier que l’Etat Islamique ne pourrait être détruit par des frappes aériennes, après avoir évoqué sa dangerosité lors d’un discours prononcé à Washington.
Après avoir accusé les autres nations d’avoir créé ce monstre, il a ajouté que les bombardements ne suffiraient pas à l’éradiquer et a regretté que Téhéran n’ai pas été invité à la conférence internationale qui s’est tenue lundi dernier à Paris, estimant que son pays pouvait jouer un rôle central dans la lutte contre ces djihadistes.
Il a par ailleurs dénoncé la position des Etats-Unis envers le président syrien Bachar el-Assad, jugeant qu’il était aberrant d’accuser le régime de Damas d’avoir fermé les yeux devant les exactions de ces djihadistes pour affaiblir des « rebelles modérés ».
Il accuse de double jeu la coalition menée par les Etats-Unis, qui prétend œuvrer à la destruction de l’Etat Islamique tout en refusant de collaborer avec des Etats directement concernés par cette menace : sous-entendu, l’Iran, entre autres.
Le double discours sur l’insuffisance des raids aériens avait été initié par les Etats-Unis eux-mêmes : Obama avait promis en août de ne pas déployer des troupes au sol dans cette nouvelle guerre, mais son conseiller militaire a finalement annoncé hier qu’il était nécessaire que certaines le soient. La fin d’une hypocrysie.