fbpx

Les chauves-souris décimées par les éoliennes

chauves-souris decimees eoliennes
 
Une étude américaine menée par l’US Geological Survey dans l’Indiana, publiée cette semaine par PNAS, suggère que les chauves-souris pourraient prendre les éoliennes pour des arbres et s’en approcher pour s’y abriter, s’y nourrir et s’y accoupler – et au final, y trouver la mort. Ce qui est sûr, c’est que les chauves-souris sont fréquemment assommées par les pales des éoliennes, bien plus que les oiseaux qui ont tendance à les éviter.
 
Sans comprendre exactement le mécanisme qui fait que les chauves-souris sont attirées par les éoliennes qu’elles approchent volontiers sous le vent, les chercheurs ont pensé que les courants d’air générés par les turbines ressemblent à ceux des arbres, des courants dont les petits mammifères ont besoin pour se diriger en raison de leur faible acuité visuelle.
 
Les chauves-souris sont souvent tuées lorsque les éoliennes sont réglées pour se remettre en route dès qu’il y a un coup de vent sporadique, note l’étude.
 
Pour éviter de décimer les chauves-souris, les opérateurs d’éoliennes envisagent aussi d’équiper les turbines d’émetteurs à très haute fréquence pour les faire fuir, ainsi que l’a fait BP Wind Energy sur la ferme d’éoliennes qui a servi de base à l’étude – car dans l’Etat de l’Indiana, les opérateurs peuvent être tenus pour responsables dès lors qu’ils sont à l’origine de la mort de spécimens d’espèces menacées de disparition.
 
Les chauves-souris sont notamment importantes pour chasser les nuisibles des terres agricoles, là où les éoliennes sont implantées.