fbpx

Chine : des commerces musulmans du Xinjang obligés de vendre alcool et cigarettes pour « affaiblir » l’islam

Chine commerces musulmans Xinjang obligés vendre alcool cigarettes affaiblir islam
 
Les autorités chinoises cherchent à limiter l’influence de l’islam dans la province du Xinjiang, une région à majorité musulmane. Régulièrement, des mesures sont donc prises pour empêcher l’extension de cette religion : en 2014, une ville avait interdit les transports en communs aux barbus et aux femmes voilées. Une autre ville vient d’obliger tous les commerçants locaux à vendre de l’alcool et des cigarettes.
 

Les commerces musulmans obligés de vendre alcool et cigarettes dans une province de Chine

 
L’islam interdit toute consommation d’alcool et de nombreux chefs religieux en font de même pour la cigarette : la population de la région se plie à ces exigences. 80 % de la population ne boit ni ne fume. Tabac et alcool y sont difficiles à trouver.
 
La nouvelle obligation est précise – et même vexatoire du point de vue de l’islam : alcool et cigarettes devront être mis en valeur dans les vitrines, bien visibles, ont décidé les autorités chinoises.
 
La décision s’inscrit même dans une logique de contre-terrorisme, puisque les musulmans qui s’abstiennent de boire ou de fumer sont potentiellement dangereux, considérés comme des « extrémistes » par le pouvoir…
 

Le parti communiste veut « affaiblir l’islam » à Xinjang en obligeant la vente d’alcool et de cigarettes

 
Le secrétaire local du parti communiste l’a clairement expliqué : il s’agit « d’une campagne pour affaiblir la religion dans la région ». « Notre village est un endroit clé – nous devons mettre en place cette campagne d’affaiblissement de la religion avec efficacité… La ferveur religieuse est en augmentation et cela affecte la stabilité », a-t-il déclaré.
 
Il n’est pas dit que la stratégie soit très efficace tant elle risque de braquer un peu plus ceux qui étaient déjà tentés par la radicalisation islamique, mais le problème est plus profond.
 
Dans le discours des autorités, c’est la religion qui est visée.
 
Aujourd’hui les musulmans sont visés ; les églises chrétiennes en Chine l’étaient hier et le sont encore. Et demain ?
 
L’islam n’est pas combattu sur sa doctrine ou ses préceptes mais bien parce qu’il est une religion. Ce n’est pas la vérité que propose en échange le parti communiste, mais bien son athéisme destructeur.
 

Béatrice Romée