fbpx

Christine Tasin relaxée après avoir taxé l’islam de « saloperie »

Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, avait qualifié l’islam de « saloperie » devant des membres de la communauté musulmane, lors d’une conversation privée et houleuse devant un abattoir halal avant d’ajouter qu’elle était fière de « servir la cause de la haine de l’islam ».
 
La cour d’appel a estimé que Christine Tasin « n’a exprimé qu’une opinion personnelle à l’égard d’une religion », mais qu’elle n’a pas souhaité « donner une publicité particulière à ses propos ».
 
Dans l’avis rendu en août dernier, le tribunal correctionnel de Belfort avait reconnu Christine Tasin coupable d’incitation à la haine raciale, et l’avait condamné à 3.000 euros d’amende, dont 1.500 euros avec sursis.
 
Des attendus ambigus puisqu’ils sous-entendent que la critique publique de l’islam (et non des musulmans en l’occurrence) est condamnable.