fbpx

États-Unis : une attaque à la bombe électromagnétique par la Corée du Nord est-elle possible ?

Corée Nord bombe électromagnétique Etats Unis attaque
 
Une attaque nord-coréenne au moyen d’une seule bombe électromagnétique aurait des effets dévastateurs sur les États-Unis. Techniquement, un pays capable de mettre des satellites en orbite et de faire exploser des charges nucléaires, comme l’est la Corée du Nord, peut très bien se servir de l’impulsion électromagnétique (IEM, ou EMP en anglais) générée par l’explosion à haute altitude d’une seule charge nucléaire, lancée depuis un satellite, pour paralyser un pays comme les États-Unis. En effet, au-delà de 30 km d’altitude, l’impulsion électromagnétique causée par une détonation nucléaire rend inutilisable les infrastructures électriques, électroniques et de télécommunications sur un territoire très étendu.
 

La menace électromagnétique plus réelle que la menace nucléaire

 
L’IEM est une arme connue de longue date, mais alors qu’une attaque nucléaire sur le territoire américain paraît tout à fait improbable, le scénario d’une attaque électromagnétique par le régime de Pyongyang est « le scénario catastrophe préféré d’un petit groupe de gens très impliqués », considère Jeffrey Lewis, responsable du site Arms Control Wonk spécialisé dans les questions de désarmement et de non-prolifération. Peter Pry, chef de la commission du Congrès chargée d’évaluer la menace d’attaque électromagnétique contre les États-Unis, considère qu’on a tort de prendre à la légère les menaces à l’arme nucléaire formulées ces derniers temps par la Corée du Nord, la Russie et la Chine.
 

Une attaque électromagnétique permettrait à la Corée du Nord d’anéantir les États-Unis

 
Selon la Commission du Congrès, même une seule ogive lancée depuis un satellite nord-coréen pourrait mettre hors-service tout le réseau électrique américain et les infrastructures critiques du pays pour plus d’un an, ce qui pourrait entraîner la mort par famine de 9 Américains sur 10 et un effondrement du tissu social, expliquaient en mars Peter Pry et James Woolsey, l’ancien directeur de la CIA. Déjà en 2004, la commission IEM du Congrès relevait que l’utilisation par un pays ou une organisation terroriste hostile d’une bombe électromagnétique pouvait conduire à une défaite militaire des États-Unis en détruisant les systèmes électriques, électroniques et informatiques dont dépend la société américaine.
 

La bombe électromagnétique, plus facilement utilisable que l’arme nucléaire

 
L’altitude de détonation requise pour obtenir le meilleur effet possible de l’impulsion électromagnétique fait que les populations ne souffriraient pas directement de l’explosion nucléaire elle-même, et une telle arme est donc considérée par certains pays comme étant de nature électronique et non pas atomique. Cela la rend plus facilement utilisable et, ses effets se développant sur le long terme, elle peut être considérée comme un ultime avertissement obligeant la plus grande superpuissance à céder aux exigences d’un adversaire beaucoup plus petit, mais déterminé, expliquait Peter Pry le 15 mai dernier.
 

Olivier Bault