fbpx

Conduite en état de féminité : deux femmes accusées de terrorisme en Arabie Saoudite

Deux femmes Arabie saoudite Conduite Voiture Terrorisme
 
C’est cela, le vrai islam et la vraie charia, tels que l’applique l’Arabie Saoudite, Etat fréquentable s’il en est et ami de l’Occident ! Deux femmes émiraties y attendent d’être jugées pour avoir méconnu les lois islamiques qui interdisent aux femmes de conduire. Cela fait près d’un mois que Lujain al-Hathlool, 25 ans, et Maysa al-Amoudi, 33 ans, y sont détenues pour avoir conduit et traversé la frontière depuis les Emirats Arabes Unis au volant de leur voiture. Elles sont accusées de « terrorisme ».
 
S’étant mobilisées, avec leur proche, contre cette accusation de terrorisme, elles sont accusées également d’avoir « incité l’opinion publique », comme ils disent : c’est-à-dire de vouloir amener le quidam à penser que la charia qui traite les femmes comme des citoyennes de seconde zone n’est décidément pas juste sur ce point.
 

La prison pour avoir conduit une voiture en Arabie saoudite

 
Les deux conductrices ont même été transférées vers une cour à Riyad habituellement chargée de juger les membres d’Al-Qaeda.
 
Les deux femmes se connaissent : la première a été arrêtée le 30 novembre pour avoir conduit son véhicule sur le territoire Saoudien, son amie a été « prise » le lendemain alors qu’elle faisait le voyage à son tour pour apporter couvertures et nourriture à son amie incarcérée dans des conditions que l’on imagine.
 

Les deux femmes sont accusées de terrorisme

 
L’Arabie Saoudite est le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire. La loi est critiquée et fait l’objet de propositions d’abrogation ; les affaires qui aboutissent devant la justice sont généralement traitées avec indulgence. Ainsi une femme condamnée au fouet en 2011 pour des faits de conduite féminine a bénéficié d’une grâce prononcée par le roi Abdullah. D’autres sont condamnées à de la prison avec sursis ou des amendes. Mais les choses changent. Qu’une telle affaire soit dotée d’une dimension « terroriste » en dit long sur la nervosité des autorités saoudiennes.
 

Conduite en état de féminité

 
De nombreuses Saoudiennes protestent contre l’interdiction qui leur est faite de conduire une voiture et se filment au volant, pour narguer les autorités, sans que celles-ci se laissent beaucoup émouvoir dans un sens ou dans un autre. Mais peut-être s’agit-il maintenant pour celles-ci de faire un exemple. Dans ce pays qui pratique le « bon » islam, incontestablement, mais qui se trouve en ligne de mire de l’Etat islamique : à totalitaire musulman, totalitaire et demi !