fbpx

Emile Ratelband, un Néerlandais de 69 ans, devant un tribunal pour se faire légalement rajeunir de vingt ans

Emile Ratelband Néerlandais 69 ans tribunal légalement rajeunir
 
Il a 69 ans, mais en fait – pense-t-il – 45, et il en a assez de se heurter à la barrière de l’âge. Emile Ratelband, personnalité médiatique bien connue aux Pays-Bas, gourou de la « positivité », a demandé lundi au tribunal d’Arnhem d’autoriser ce que les officiers d’état civil lui ont refusé : changer officiellement sa date de naissance pour se rajeunir de 20 ans. Seule concession à la réalité : Ratelband souhaite conserver sa date d’anniversaire en faisant inscrire sur ses papiers d’identité une naissance au 11 mars 1969 au lieu du 11 mars 1949. Ce sera tout bénéfice, dit-il, pour la collectivité puisqu’il ne touchera plus le minimum vieillesse automatiquement versé à toute personne ayant atteint l’âge de la retraite.
 
Parmi les bienfaits personnels qu’Emile Ratelband espère tirer de cette modification : faciliter l’obtention de contrats de conseiller auprès d’entreprises qui hésitent à faire appel à un quasi septuagénaire, cesser de souffrir de ce qu’on le perçoive comme vieillissant, ne plus se sentir agressé par le versement de cette fameuse pension dont il n’estime pas avoir besoin, obtenir plus facilement des rendez-vous sur Tinder, lui qui n’a pourtant pas manqué de conquêtes féminines. En un mot, faire cesser la « discrimination » dont il estime faire l’objet. Après tout, on peut sans difficultés particulières faire modifier son nom ou son sexe à l’état civil néerlandais : il suffit de faire attester par un expert pas forcément médical qu’on a bien exprimé ce désir et qu’on est conscient des tenants et des aboutissants.
 

Rajeunir légalement par décision de justice

 
Après tout, il n’y a pas de différence fondamentale entre changer son sexe et changer son âge : les deux sont absurdes et relèvent d’un nominalisme frénétique, par lequel les mots sont censés changer la réalité. Ratelband a visé juste en expliquant aux journalistes qu’il « s’agit vraiment d’une question de libre arbitre ». Sa démarche relève en effet d’une conception aujourd’hui déjà largement acceptée de la liberté, peu à peu dénaturée pour devenir l’expression d’une autonomie absolue de l’individu, que ce soit vis-à-vis de Dieu, de la loi naturelle ou de la réalité.
 
Devant le tribunal, le « jeune » retraité a présenté un rapport psychiatrique et des documents médicaux attestant de sa bonne santé physique et de la condition de ses os qui serait celle d’un homme n’ayant pas encore atteint 50 ans. Le président du tribunal lui a demandé ce que Ratelband faisait des 20 ans qu’il veut effacer de sa vie, ces 20 ans où il existait déjà mais qu’il veut voir nié : « Mais qui est donc ce petit garçon dont se sont occupés vos parents ? » Ratelband ne se laisse pas déstabiliser par les faits : ses parents sont déjà morts, a-t-il répondu, il ne leur fait donc pas de peine en demandant ce changement.
 

Un tribunal néerlandais se penche sur le cas d’Emile Ratelband, 69 ans

 
Et de souligner que son changement d’âge lui fera renoncer à sa pension vieillesse minimum pendant une petite vingtaine d’années, pour le plus grand bonheur des services sociaux. Il ne semble pas que le juge lui ait rétorqué qu’en faisant droit à sa demande, il ouvrirait la voie à des changements d’âge en vue de la recevoir, justement, cette pension ! En attendant, des « milliers » de personnes ont témoigné de leur soutien à Ratelband sur les médias sociaux.
 
Il est à noter que le représentant de la municipalité d’Arnhem a soutenu devant le tribunal qu’il n’y a pas « encore » de « grande demande sociétale » relative au changement d’âge officiel, justifiant ainsi sa demande de voir le juge refuser la requête d’Emile Ratelband. Une formulation qui laisse entendre que dans le domaine de la perception de soi, on peut s’attendre à des évolutions dans tous les sens.
 

De la demande sociétale à l’autonomie aberrante : rajeunir légalement Ratelband ne serait qu’une déclinaison de l’idéologie du genre

 
Le tribunal d’Arnhem devrait rendre son jugement d’ici à quatre semaines. D’après ce que l’on peut deviner à partir des comptes-rendus des chroniqueurs judiciaires, Ratelband n’a guère de chance de voir sa demande acceptée, même si le juge a reconnu que le changement de sexe sur les papiers d’identité et à l’état civil eût été impensable jadis. Le président du tribunal a affirmé : « Sur ce point je suis d’accord avec vous : il y a de très nombreuses années, nous pensions que c’était impossible. »
 
Emile Ratelband est pour le moins une personnalité bizarre. Converti au bouddhisme, il a aussi un rapport étrange à la paternité. Père de sept enfants nés de mères différentes, parmi lesquels il n’en voit certains que sur des périodes très restreintes par décision de justice, il a lancé il y a peu un appel sur les réseaux sociaux pour trouver une mère porteuse pour le nouvel enfant dont il rêve. Il a prévenu que la conception se ferait « entre les draps » et conformément aux voies habituelles de la nature, après vérification du caractère et du statut social de la femme choisie et sous condition de l’accord du mari de cette dernière. Selon la presse néerlandaise, la procédure aurait abouti et l’enfant devrait naître d’ici à huit mois.
 
On comprend mieux la remarque d’un internaute sur le site rebelle au politiquement correct, geenstijl.nl : « Emile Ratelband a 12 ans et il les aura jusqu’à sa mort (12 ans d’âge mental). »
 
Jeanne Smits