fbpx

Les Etats-Unis et l’OTAN annoncent un doublement de la force d’intervention rapide en Europe

Etats-Unis OTAN doublement force intervention rapide
 
Les Etats-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont décidé cette semaine de renforcer la force de réaction rapide de l’OTAN en doublant sa capacité actuelle, afin de s’adapter à un contexte bouleversé par la crise en Ukraine, a annoncé lundi le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg. Le ministre américain de la défense, Ash Carter, a par ailleurs affirmé que leurs désaccords pourraient survivre à la présidence de Vladimir Poutine.
 
La crise en Ukraine a provoqué une mobilisation militaire des Etats-Unis et le renforcement rapide de la force de réaction rapide au sein de l’OTAN, initialement mise en place en 2002.
 
Au début de son voyage en Europe, Ash Carter a affirmé que les Etats-Unis espéraient un revirement de la position russe, sans pouvoir affirmer que ce serait possible avec Vladimir Poutine. C’est la raison qu’il a évoquée pour justifier le renforcement de la présence de l’OTAN dans la région.
 

Les Etats-Unis justifient le renforcement des forces militaires par les dissensions avec la Russie

 
« Les adaptations dont je parle sont une anticipation qui prend en compte le fait que la Russie pourrait ne pas changer sous Vladimir Poutine, ni même après », a-t-il affirmé. Les ministres de la défense de l’OTAN doivent se réunir mercredi ou jeudi à Bruxelles, et devraient annoncer à cette occasion le renforcement des capacités de la force de réaction rapide de l’OTAN grâce à 30 ou 40.000 hommes supplémentaires, soit le double de son effectif actuel.
 
Cette force ne disposait « que » de 13.000 hommes lors de sa création, en 2002. La crise ukrainienne a permis le développement de cette armée internationale.
 
Le secrétaire général de l’OTAN a par ailleurs annoncé une accélération du processus décisionnel pour réagir plus vite encore, avec la création d’un nouveau quartier général au sein de sa structure de commandement destiné à coordonner les questions logistiques. Une manière de donner plus de pouvoir encore au commandant suprême de l’OTAN, au delà des pouvoirs détenus par les 28 Etats membres.
 

L’OTAN veut un doublement de sa force d’intervention rapide tandis que les politiques opèrent des rapprochements

 
Au même moment, il y a quelques jours, l’ambassadeur russe au Royaume-Uni, Alexander Yakovenko, plaidait pour des liens plus étroits entre l’Union européenne et l’Union économique eurasienne… Loin de ces affrontements militaires, la coopération économique et stratégique entre la Chine et les Etats-Unis ne cesse de croître également. Lundi, à la veille d’un nouveau cycle de pourparlers, la Chine et les Etats-Unis convenaient en effet de travailler pour renforcer leur confiance stratégique.
 
Un bel exemple de dialectique, qui bénéficie au complexe militaro-industriel d’une part, mais renforce surtout l’intégration mondialiste des armées, au-delà des capacités de réactions nationales.
 
On usait de procédés dialectiques similaires pendant la guerre froide. En 2015, ils sont devenus bien plus visibles et spectaculaires.
 

Béatrice Romée