fbpx

Facebook veut contrôler l’information, mais sert de plateforme pour les prédateurs sexuels

Facebook controler information plateforme prédateurs sexuels
 
Facebook, Instagram et Snapchat ont servi de support à près des trois quarts des plus de 3.000 délits de prédation sexuelle sur mineurs en Angleterre et au Pays-de-Galles répertoriés en douze mois depuis l’entrée d’une nouvelle loi sur les « communications sexuelles » est entrée en vigueur en avril 2017.
 
3.171 cas ont été répertoriés au total : c’est 50 % de plus que le nombre projeté par la police britannique. 20 % des messages de « grooming » – par lesquels les pédophiles entrent en contact avec des mineurs pour échanger des messages sexuels, et aussi passer à l’acte comme cela se produit relativement souvent – ont visé des enfants de moins de 10 ans. Dans 62 % des cas, les victimes visées étaient des jeunes filles de 12 à 15 ans, sollicitées et surtout harcelées pour qu’elles envoient des images explicites.
 
« Les réseaux sociaux se sont auto-régulés pendant une décennie et il est absolument certain que par voie de conséquence des enfants ont subi des dommages » a déclaré Peter Wanless, directeur de NSPCC, une association pour la prévention de la cruauté envers les enfants.
 
Les données ont été rendues publiques à la suite d’une demande faite par le NSPCC au titre de la liberté de l’information, qui entend faire campagne pour la mise en place d’un contrôle indépendant sur les réseaux sociaux et d’algorithmes capables d’identifier les opérations de « grooming ».