fbpx

Le gouvernement britannique octroie 9 millions de livres pour la campagne anti-Brexit

Gouvernement britannique campagne anti brexit 9 millions

Boris Johnson, maire de Londres, grande figure de l’euroscepticisme au Royaume-Uni.


 
Un tollé sur la manière dont est utilisé l’argent public par le gouvernement britannique a suivi l’annonce d’une campagne de tracts anti-Brexit distribués à chaque foyer du Royaume Uni pour un coût de plus de 9 millions de livres. Le gouvernement a annoncé cette campagne mercredi, alertant sur les dangers qu’entraînerait selon lui le fait de quitter l’UE, notamment sur l’emploi et les biens immobiliers.
 
Le maire de Londres Boris Johnson et d’autres eurosceptiques ont accusé le gouvernement d’utiliser l’argent public pour « effrayer les gens » à l’approche du référendum. Vote leave (« Votez pour la sortie ») dirigé par Michael Gove, ministre de la Justice, a déclaré qu’il s’agit d’une « utilisation scandaleuse » de l’argent et accusé Downing Street d’agir ainsi « pour détourner l’attention de l’affaire des taxes concernant M. Cameron ».
 

Mensonges manifestes de la part du gouvernement sur le Brexit

 
Mr Gove fait aussi remarquer que la promesse faite par David Cameron l’an dernier de ne pas produire de tracts avant le référendum n’est pas tenue, et que les partisans du maintien dans l’UE disposent maintenant du double des fonds de ceux qui veulent la quitter. Ce tract, prévu pour être distribué à 27 millions de foyers, prétend que « quitter l’UE causerait un choc énorme qui pèserait sur la valeur de la livre, qu’un Brexit augmenterait les prix des biens d’équipement et porterait préjudice au niveau de vie, que l’accès aux vols low-cost et aux soins médicaux en vacances seraient remis en cause, que plus de 3 millions d’emplois seraient menacés, qu’être membre de l’UE est indispensable pour contrôler l’immigration et sécuriser les frontières et donc éviter le terrorisme, et qu’enfin 10 ans d’incertitude politique s’en suivraient… ».
 

Une campagne de tracts anti-Brexit du gouvernement britannique reçoit 9 millions de livres d’argent public

 
Ce tract ressemble fort à un remake de celui de 1975 adressé à tous les Britanniques par Harold Wilson. Le gouvernement est prêt à investir des sommes colossales pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE, à quelques semaines du référendum prévu le 23 juin prochain.
 
Les critiques font remarquer qu’il s’agit d’un avantage déloyal. « Sur le plan légal, le tract est douteux et sur le plan moral, il est mauvais », affirme Nigel Farage, président de UKIP, qui ajoute : « Il est de plus rempli à ras bords de mensonges et d’inexactitudes, y compris lorsqu’il prétend qu’aujourd’hui, nous avons la maîtrise de nos frontières… »
 
Pour Liz Truss, ministre de l’environnement en faveur du maintien, il est au contraire « indispensable que le public dispose d’une information claire et accessible. Des sondages indépendants indiquent que 85 % des gens veulent plus d’information en provenance du gouvernement pour les aider à prendre leur décision… ». En ne pesant que dans un seul sens ?
 
Avec l’argent de cette campagne de tracts, le total des sommes allouées au camp du maintien dans l’UE passe désormais à 26,6 millions de livres, contre tout juste 11,7 millions pour les partisans du « Brexit ». Shocking !