fbpx

La Grèce décide de se précipiter dans le gouffre de l’austérité

Grèce gouffre austérité
 
Les députés grecs ont donné leur accord, dans la nuit, aux mesures d’austérité draconiennes exigées par les créanciers internationaux d’Athènes, permettant de nouvelles négociations sur un troisième plan de sauvetage financier de quelque 80 milliards. Un vote illogique, puisque Tsipras a lui-même déclaré ne pas y croire, mais être forcé de l’adopter, qu’un nombre important d’élus de Syriza, son parti, s’y sont opposés, et que la rue manifeste de plus en plus violemment contre l’idée de voir leur pays, la Grèce, se précipiter dans le gouffre de l’austérité.
 
Par 229 voix contre 64 et 6 abstentions, le nouveau plan d’aide a donc été adopté, alors même que, quelques minutes auparavant, le premier ministre Alexis Tsipras déclarait 
 
: « Nous n’y croyons pas, mais nous sommes contraints de l’adopter. » Un propos qui dit tout sur les pressions qu’il a dû subir, ces derniers jours, pour transformer le « non » grec en un « oui » européen.
 
Autant dire que, non seulement la Grèce n’est plus une démocratie, mais qu’elle ne s’appartient plus. On prend les décisions pour elle, et on fait en sorte que cet état de fait dure, en organisant sa ruine complète. Car comment croire, malgré les déclarations officielles, que ce nouveau plan d’aide changera quoi que ce soit à la situation alors qu’il est strictement semblable aux deux précédents, qui ont laissé (ou fait…) passer Athènes d’une dette équivalente à 100 % de son PIB à plus de 180 % aujourd’hui ?
 

La Grèce dans le gouffre de l’austérité

 
Zoé Constantopoulou, président du parlement, a dénoncé dans cette opération un « génocide social ». Quant à l’ancien ministre des Finances Yanis Varoufakis, toujours très présent malgré sa démission la semaine dernière, il a comparé l’accord au traité de Versailles. De fait, les plus anciens défenseurs de Syriza (et d’Alexis Tsipras) se retrouvent désormais opposés au premier ministre, et les démissions se succèdent au sein du gouvernement.
 

Le poids du FMI

 
S’il fallait vérifier l’assertion de ces opposants au plan d’aide international, il suffit de se référer à la déclaration que le FMI a publiée mardi soir, au grand dam de Bruxelles, selon laquelle la dette grecque est intenable et doit être très fortement allégée. Ce point fait toujours débat entre les différentes instances européennes qui y sont, pour la plupart, opposées.
 
En attendant, Alexis Tsipras croit jouer, malgré tout, sur du velours en s’en remettant à la volonté des créanciers internationaux de son pays. Pour lui, leur message est clair : « Il est inutile d’organiser des élections dans les pays sous assistance financière. »
 
Comment mieux dire que la Grèce n’est plus maîtresse de ses décisions ?
 

François le Luc