fbpx

Harry Potter et l’actualité, entre intelligence artificielle et bêtise naturelle

Harry Potter Actualité Intelligence Artificielle Bêtise Naturelle
 
Il n’est question que d’intelligence artificielle dans l’actualité, elle est appelée à tout révolutionner, médecine, informatique, économie, et même Harry Potter : on vient de lui confier la rédaction d’un nouveau chapitre de la saga, elle semble faire aussi bien que la bêtise naturelle.
 
Depuis que Johnny et Jean d’Ormesson (qui étaient cousins, né d’un ancêtre commun postérieur à Cro-Magnon, c’est le Figaro qui le dit) sont morts, en attendant que la troisième guerre mondiale n’éclate à Jérusalem ou en Corée, l’actualité s’essouffle un peu et les rédactions hésitent à relancer un nouveau thème avant la trêve des confiseurs. Alors on exploite avec intelligence les vieux thèmes du trimestre. Dans la famille Harvey Weinstein, Dustin Hoffmann est le lauréat du grand concours « Balance ton porc ». Trois starlettes ou écrivaines se plaignent d’agressions sexuelles de son fait – tandis que deux employées de Draveil expliquent à la cour d’assises de Seine Saint Denis qu’un ministre réflexologue les terrorisait à coup de massages des plantes (de pied). En outre, les sangliers sont entrés dans Berlin. Un mystérieux cat killer en série terrorise les gouttières londoniennes. Et à part ça ? Rien. Tout – l’avenir : l’intelligence artificielle.
 

L’intelligence artificielle aura raison de notre bêtise naturelle

 
Les scientifiques de la terre entière ne savent plus où donner de l’expérience à son sujet. L’analyse des big data par l’intelligence artificielle révolutionnera le monde demain, elle régira notre vie quotidienne, décidera des choix économiques, industriels, militaires, nous évitera tout effort, puisque des robots rempliront toutes les tâches, y compris celles dont nous n’avons pas encore la moindre idée mais que l’intelligence artificielle inventera. Puis, quand elle en aura assez, elle nous éliminera. Des robots soixante-huitards écriront sur les murs « L’homme est mort. Signé Xarm ». Elon Musk évalue à 15 % nos chances d’en sortir, d’échapper au crépuscule des hommes organisé par les machines. Et il n’a pas besoin d’intelligence artificielle pour calculer cela, il fait son estimation avec le plus grand naturel, au doigt mouillé, dans son bain. Son intuition, c’est que les robots vont nous concurrencer dans les quelques rares domaines que nous pensions mieux maîtriser qu’eux. C’est déjà fait pour les échecs, c’est en route pour la littérature.
 

Harry Potter toujours d’actualité

 
Enfin, la littérature, n’exagérons rien. La première expérience de quelque envergure vient d’avoir lieu sur Harry Potter. Le studio britannique Botnik a eu l’idée de soumettre le corpus entier des sept romans publiés par J.K. Rowling à un logiciel doté d’un algorithme. Après avoir lu les textes, l’intelligence artificielle en a rédigé un à sa propre manière, un chapitre de quelques pages intitulé « Harry Potter et le portrait de ce qui ressemblait à un gros tas de cendres ». Le résultat est encourageant, mais a dû être mis en forme par quelques nègres spécialisés chargés de le rendre intelligible. Quand on le parcourt, même si l’on n’est pas anglophone de naissance, on retrouve le monde de Harry Potter et le style de J. K. Rowling, avec quelque chose de systématiquement bizarre et excessif, qui rappelle les carambolages verbaux du jeu qu’affectionnaient les surréalistes, le cadavre exquis. En somme, une caricature du style et de la pensée originelle de Harry Potter, comme si l’intelligence artificielle avait accumulé les signes de la bêtise naturelle de l’œuvre (crétinerie magique, niaiserie politiquement correcte, lourdeur « romantique », tendance à l’excès verbal) pour en faire ressortir la nature profonde. L’intelligence artificielle n’est pas encore prête à écrire, mais elle est bien près de pasticher ce qui est écrit pour détecter la bêtise naturelle qui se cache dessous.
 

Pauline Mille