fbpx

Le soutien des musulmans à l’islam radical à la hausse au Royaume-Uni

hausse soutien musulmans islam radical Royaume Uni
 
Au fond, qualifier les terroristes de l’Etat islamique de musulmans « radicaux » exprime exactement une réalité. Le mot renvoie aux racines, aux origines, à un respect des principes fondamentaux. Parler des racines chrétiennes de l’Europe revient à dire que l’Europe se dessèche et meurt si elle est privée de la sève qui l’a nourrie. Evoquer celles de l’islam pour tenter de comprendre ce qui meut les islamistes, c’est renvoyer à l’histoire de l’islam et à un esprit de conquête et de violence qu’il est, quoi qu’en veuillent les partisans du multiculturalisme, impossible de ne pas voir dans les débuts de l’expansion de l’Oumma. Aussi ne faut-il pas s’étonner d’un soutien croissant des musulmans d’Europe à cet « islam radical », d’autant qu’il bénéficie aujourd’hui d’une dynamique ascendante. Au Royaume-Uni, les sondages attestent de cette progression idéologique. Au lendemain des attentats de Bruxelles, il serait imprudent de ne pas s’en souvenir.
 

L’islam radical séduit plus de 30 % des jeunes musulmans au Royaume-Uni

 
Un sondage de 2006 réalisé par ICM révélait alors que 20 % des musulmans britanniques avaient de la « sympathie » pour les responsables des attentats du 7 juillet à Londres, avec leurs 52 morts et des centaines de blessés. Loin d’émousser l’enthousiasme, l’avènement de l’Etat islamique et les attentats et les persécutions qui se sont multipliés depuis en Europe, et de manière bien plus sanglante encore en Afrique, ont renforcé le soutien.
 
Aux termes d’un sondage réalisé en août dernier par NOP Research pour la chaîne britannique Channel 4, 27 % des musulmans britanniques affichaient leur « sympathie » à l’égard des responsables des attentats contre Charlie-Hebdo à Paris. Sur quelque 3 millions de musulmans présents aujourd’hui sur le territoire du Royaume-Uni (2,7 millions au dernier recensement en 2011), cela représente donc plus de 750.000 personnes.
 
Certes, une forte majorité des musulmans habitant outre-Manche ne se reconnaît pas dans la violence terroriste. Mais en août 2015, ils étaient tout de même 78 % à approuver l’idée de sanctions pénales pour les caricatures de Mahomet, et 68 % à se dire favorables aux poursuites à l’égard des personnes qui « insultent l’islam ». Ce qui suppose procès et jugement : la manière civilisée de demander compte d’insultes et d’injures réelles ou ressenties…
 

La hausse du soutien à l’islam radical progresse en même temps que les attentats

 
Les jeunes musulmans vivant au Royaume-Uni se révèlent cependant plus radicaux que leurs aînés, ce qui prouve les limites de l’intégration et surtout l’impossibilité de l’assimilation en l’état actuel : les moins de 45 ans étaient 31 % à approuver les attentats contre Charlie-Hebdo, contre 14 % de leurs aînés. Tous âges confondus, ils sont 40 % à rêver de l’application de la charia au Royaume-Uni, contre 41 % qui s’y opposent.
 
Cela va de pair, de sondage en sondage, avec l’approbation de l’antisémitisme (un peu plus de la moitié des musulmans occidentaux en 2015, selon l’Anti-Defamation League juive) et avec l’affirmation selon laquelle un apostat de l’islam doit être puni de mort, approuvée par 36 % des musulmans de 16 à 24 ans interrogés en 2007 lors d’une enquête de la BBC.
 
Si nombre de ces sondages indiquant que les musulmans mettent leur foi au-dessus de toute autre considération sont déjà assez anciens (et leurs constats sont somme toute normaux dès lors qu’on est croyant et persuadé d’être dans la vérité), il faut bien voir qu’il s’agit là d’une tendance lourde qu’aucune bombe, aucun attentat suicide ne vient ébranler. Et c’est assurément cela, le plus inquiétant.
 

Anne Dolhein