fbpx

Hollande en Grèce espère redonner du tonus à la gauche française

Hollande Grece gauche francaise
 
En se rendant jeudi à Athènes, François Hollande veut se présenter comme un soutien de la Grèce – ce qui est tout de même un comble lorsque l’on sait qu’il a été un des chefs d’Etat européens les plus acharnés à leur imposer cette austérité dont les Grecs ne veulent pas. Mais il espère bien, en redorant ainsi mensongèrement son blason d’homme d’Etat, redonner un peu de tonus à sa politique et, par là, d’espoir à une gauche française en plein marasme.
 
C’est d’ailleurs ce qu’affirme un responsable politique grec sous couvert d’anonymat – faut pas prendre de risques : « Hollande a son propre agenda préélectoral, affirme-t-il. (…) En serrant contre lui Tsipras, l’icône de la gauche radicale, Hollande veut envoyer le message à la gauche française qu’elle devrait s’unir derrière lui. »
 
Anonymat ou pas, la démarche de François Hollande paraît tellement cousu de fil rose que les électeurs français ne devraient pas s’y tromper.
 

A Athènes, le discours du président français n’est pas plus crédible

 
D’ailleurs, cela transparaît clairement dans le programme des discussions que le président français devait avoir avec ses hôtes grecs. Comment, en effet, ne pas discuter du programme économique imposé à la Grèce par ses créanciers internationaux alors même que le premier ministre Alexis Tsipras n’a jamais caché qu’il n’avait pu faire autrement que de céder à une austérité en laquelle il ne croit pas ? Sans compter, bien évidemment, la crise migratoire qui ne fait qu’aggraver la situation…
 
Il faudrait, au minimum, qu’Athènes puisse compter sur une politique d’investissements. Mais qui a, aujourd’hui en Europe, les reins suffisamment solides pour cela ?
 
Et qui sait même combien de temps les Grecs supporteront Alexis Tsipras dont les premières réformes – et notamment l’abaissement des pensions de retraite et le report de l’âge du départ à la retraite – prétendent redresser le pays en ruinant davantage ses habitants. Pas possible pourtant d’y couper puisque les fameux créanciers ne verseront leur première enveloppe d’aide à la Grèce (trois milliards) que lorsqu’ils seront satisfaits de la mise en œuvre des dites réformes.
Et les prochaines ne feront qu’aggraver la situation, puisqu’il s’agit notamment de la mise en place d’une nouvelle taxe agricole, de revoir à la hausse la fiscalité sur l’enseignement privé, et de fusionner les fonds de retraite – ce qui, bien sûr, devrait se traduire par une nouvelle diminution du montant des pensions…
 

Hollande en Grèce espère redonner du tonus à la gauche française

 
On comprend donc que les discussions s’annoncent délicates. Surtout qu’un appel à la grève nationale, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, a été lancé pour le 12 novembre : les Grecs redescendent dans la rue !
 
Peu importe ! Quand il est question d’argent, Bruxelles se contrefiche des peuples !
 
« Je sais tous les efforts que le peuple grec a dû réaliser et toutes les réformes qui ont été depuis des années engagées et encore ces derniers mois votées. Et il en faudra d’autres pour qu’il puisse y avoir le succès », a déclaré François Hollande à ses interlocuteurs, qui ont sans doute cru qu’il était question de leur succès économique. Mais il faudrait alors que les technocrates de Bruxelles nous expliquent comment, à moins de croire en on ne sait trop quel tour de magie, une soustraction supplémentaire pourrait avoir l’effet d’une addition.
 
Mais François Hollande est sans doute un peu magicien, puisqu’il croit qu’en faisant son tour de bonimenteur à Athènes, il va insuffler un peu d’énergie à la gauche française.
 
Mais, demande le bon peuple de France, si cela marche si bien, pour quelle raison la politique française de François Hollande n’a-t-elle – au mieux ! – aucune efficacité ?
 

François le Luc