fbpx

Inde : l’hindoue Deva Sadhvi Thakur réclame la stérilisation des chrétiens et des musulmans

Inde sterilisation chretiens musulmans hindou Deva Sadhvi Thakur
 
La responsable hindoue Deva Sadhvi Thakur, vice-présidente du groupe radical All India Hindu Mahasabha, a déclaré samedi dernier, en Inde : « La population de musulmans et de chrétiens s’accroît de jour en jour. Pour réfréner cette tendance, le Centre (le gouvernement fédéral) devra imposer l’état d’urgence, et tant les musulmans que chrétiens devront subir des stérilisations obligatoires, de manière à ce que leur nombre de ne puisse pas augmenter. »
 
Une attaque de plus contre les musulmans et les chrétiens, minorités religieuses en Inde, alors que ces dernières sont régulièrement visées par des agressions de la part de différents groupes radicaux hindous.
 

Chrétiens et musulmans régulièrement visés par les hindous radicaux en Inde

 
Le président du Conseil global des chrétiens indiens (GCIC), Sajan George, a immédiatement réagi en condamnant « les paroles délirantes contre les communautés minoritaires en Inde », demandant que Deva Sadhvi Thakur soit arrêtée pour « sédition et xénophobie » après avoir réclamé la stérilisation des musulmans et des chrétiens.
 
Pour contenir « une population de musulmans et de chrétiens qui grossit de jour en jour », Thakur a en outre souhaité que « les hindous aient davantage d’enfants pour augmenter leur population ».
 
Elle a par ailleurs réclamé que des statues de divinités hindoues soient installées dans les églises et les mosquées du pays.
 

Les chrétiens appellent Modi à réagir, après que la responsable hindoue Deva Sadhvi Thakur réclame leur stérilisation forcée

 
Pour Sajan George, la déclaration de Thakur n’est pas seulement une « insulte à l’Inde laïque », mais également « aux milliers de gens qui ont sacrifié leurs vies pour la liberté religieuse de la nation ».
 
Il a donc demandé au Premier ministre Narendra Modi d’intervenir pour garantir la sécurité de tous les citoyens indiens contre ces attaques de plus en plus nombreuses contre les minorités religieuses.
 
Il a regretté que les promesses du Premier Ministre en matière de défense des minorités ne soient qu’une « façade » pour éviter les sanctions internationales.