fbpx

L’Iran sera autorisé à utiliser ses propres inspecteurs pour le site de Parchin soupçonné d’avoir servi au développement d’armes nucléaires

Iran utiliser propres inspecteurs site nucléaire Parchin
 
Aux termes d’un document vu par l’Associated Press, l’accord conclu entre l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA) et l’Iran à la marge de l’accord plus large signé avec les Etats-Unis, la France et quatre autres puissances mondiales, autorise l’Iran à utiliser ses propres inspecteurs pour vérifier le respect de ses termes sur le site de Parchin. Ce site particulièrement sensible est soupçonné d’avoir servi au développement d’armes nucléaires.
 
Seule l’agence onusienne de l’IAEA s’est engagée pour faire cette concession de taille à l’Iran : les autres signataires de l’accord n’y sont pas parties. Ils ont cependant été « briefés » par l’IAEA et l’ont approuvé, selon l’Associated Press.
 

L’incroyable concession faite à l’Iran : utiliser ses propres inspecteurs pour le site nucléaire litigieux de Parchin

 
Cet accord qui vient seulement d’être porté à la connaissance du public a été vivement dénoncé par des représentants républicains au Congrès, déjà très critiques de l’accord dans son ensemble. John Cornyn, sénateur du Texas, a résumé ainsi les préoccupations de son camp : « Faire confiance à l’Iran pour qu’il inspecte sont propre site nucléaire et qu’il en rende compte de manière ouverte et transparente à l’ONU fait preuve d’une naïveté remarquable et d’une imprudence incroyable. Cette révélation ne fait que renforcer les profondes inquiétudes du peuple américain à l’égard de l’accord. »
 
Pour Ed Royce, président de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, cet accord marginal entre l’IAEA et l’Iran constitue une « capitulation ». « Les inspections internationales doivent être réalisées par des inspecteurs internationaux. La norme des inspections “n’importe où, n’importe quand” – indispensables pour un accord viable – s’est transformée en “quand l’Iran le voudra, où l’Iran le voudra, comme l’Iran le décidera” », affirme-t-il.
 

L’IAEA a négocié avec l’Iran en marge de l’accord sur le nucléaire

 
De fait, l’Iran s’engage simplement à fournir des photos et des vidéos des lieux litigieux, « en prenant en compte les questions militaires ». Selon l’AP, cette formulation suggère que l’Iran puisse ne donner aucune image de lieux qu’il considère comme ayant une « importance militaire ».
 
L’ex-négociateur Olli Heinonen, chargé de la question iranienne alors qu’il était directeur de l’IAEA de 2005 à 2010, a déclaré qu’il ne se rappelait pas qu’une concession similaire ait été faite à aucun autre pays.
 
Voilà qui renforce l’idée de l’opposition américaine selon laquelle il existe un accord secret avec l’Iran sur le nucléaire, ce que continue de démentir la Maison Blanche.
 

Anne Dolhein