fbpx

Italie : le Parti démocrate de Matteo Renzi en recul

Italie le Parti démocrate de Matteo Renzi en recul
 
A l’occasion des élections régionales partielles – sept régions sur vingt étaient appelées aux urnes – l’Italie (où personne ne semble s’offusquer qu’un parti puisse s’appeler « démocrate ») a de mélangé une nouvelle fois les cartes politiques, ce qui se traduit par un recul, certes relatif, du Parti démocrate du président du Conseil Matteo Renzi, et une progression du Mouvement 5-Etoiles et de la Ligue du Nord, tout deux opposés à l’actuelle politique gouvernementale, notamment en ce qui concerne la question européenne.
 
Ces résultats locaux, selon les dernières projections, donnent le Parti démocrate à 22,6 % des voix exprimées dans les sept régions, soit nettement moins que les 41% recueillis aux élections européennes l’année dernière – qui était, il est vrai, un scrutin national.
 

Coup de semonce pour le Parti démocrate

 
Or, selon les mêmes estimations, le Mouvement 5-Etoiles arrive juste derrière deuxième avec 19,6 %, et la Ligue du Nord obtient 12,9 %, ce qui lui permet de se placer devant Forza Italia de Silvio Berlusconi qui n’obtient que 10,3 %.
 
Il est à noter, en outre, que l’abstention se situerait aux alentours de 47 %, chiffre énorme d’autant qu’elle marque, comme toujours, plutôt un désaveu des partis en place, et donc, en l’occurrence, du Parti démocrate.
 
On notera que, pour l’heure, celui-ci semble devoir l’emporter dans quatre des sept régions concernées, à savoir la Toscane, les Marches, les Pouilles, et la Campanie. En ce qui concerne l’Ombrie et la Ligurie, les jeux étaient encore loin d’être faits avant le dépouillement total des bulletins de vote.
 
Quant à la Vénétie, il semble qu’elle ait apporté à la Ligue du Nord une victoire complète.
 

Le recul de Matteo Renzi

 
Mais ce désaveu, que n’avait manifestement voulu anticiper aucun des instituts de sondages, sonne comme l’annonce d’un rejet de la politique menée par Matteo Renzi, seulement quinze mois après son arrivée à la présidence du Conseil.
 
Premièrement, parce que, même s’il conserve une légère avance générale, due notamment au jeu des alliances, le Parti démocrate ne semble arriver en tête que dans trois régions. Hormis la Vénétie, qui a donné sa chance à la Ligue du Nord, en Ligurie, en Campanie et dans les Pouilles, le Mouvement 5-Etoiles aurait recueilli le plus de voix.
 
Deuxièmement, et en conséquence, certaines réformes soutenues par Matteo Renzi, dans les domaines notamment de l’école ou du marché du travail, pourraient bien, demain, être rejetées, non seulement par la droite, mais aussi par toute une partie de la gauche, qui dénonce aujourd’hui la politique menée par le président du Conseil.
 

L’Italie s’ajoute à la liste des pays que Bruxelles inquiète

 
Troisièmement et dernièrement, mais qui est loin d’être le moins important, le résultat de cette élection semble – puisqu’elle n’est que partielle – devoir placer l’Italie dans la liste des pays où les habitants manifestent de plus en plus leur inquiétude vis-à-vis de l’Union européenne : Grèce, Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Hongrie, etc.
 
Et la liste semble devoir encore s’allonger…
 

François le Luc