fbpx

L’Allemagne inquiète de l’agressivité des Etats-Unis et de l’OTAN au sujet de l’Ukraine : Steinmeier contre Breedlove

L’Allemagne inquiète de l’agressivité des Etats-Unis et de l’OTAN au sujet de l’Ukraine : Steinmeier contre Breedlove
 
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a minimisé les rumeurs de tensions avec l’OTAN, notamment en raison des commentaires bellicistes faits par un allié de l’alliance occidentale à propos de l’Ukraine. Le journal Der Spiegel avait en effet affirmé qu’un officiel des bureaux d’Angela Merkel s’était plaint de la « dangereuse propagande » du général de l’armée de l’air Philip Breedlove, chef du commandement suprême des forces de l’OTAN à propos de l’Ukraine.
 

L’agressivité des Etats-Unis inquiète l’Allemagne

 
Le général Philip Breedlove avait affirmé mercredi dernier que les forces d’auto-défense en Ukraine, avec le soutien de la Russie, avaient préparé « plus d’un millier de véhicules de combat et des systèmes de défense aérienne sophistiqués, des bataillons d’artillerie » dans le sud-est du pays. Il ajoutait : « Ce qui est sûr c’est que les choses ne s’améliorent pas, elles empirent de jour en jour. »
 
Les propos avaient déclenché la colère allemande, alors que le pays tente une sortie de crise et que ces propos étaient tenus le jour même ou l’OSCE a mis en évidence des progrès dans le respect des accords de Minsk entre le gouvernement ukrainien et les milices des régions de Donetsk et de Lougansk.
 

Steinmeier tente de minimiser l’opposition entre l’Allemagne et l’OTAN

 
D’autant que les services de renseignement allemands n’avaient aucune trace d’un tel déploiement russe dans la région, ni d’agressions quelconques. Des officiels allemands avaient alors affirmé que les services de renseignement allemands faisaient plutôt état d’un cessez-le-feu fragile mais réel, précisant même que les séparatistes pro-russes avaient stoppé les combats et retiré les armes lourdes.
 
« Il est vrai que j’ai posé des questions par deux fois, car les déclarations sur l’Ukraine en provenance de nos sources ne coïncident pas vraiment avec les déclarations faites par l’OTAN ou les Etats-Unis » a déclaré de son côté Frank-Walter Steinmeier, lors d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères européens.
 
« Mais j’ai également dit que nous n’avions aucun intérêt à voir émerger une dispute sur ce point » a-t-il poursuivi : « Nous devons veiller à rester étroitement liés, y compris à propos de l’évaluation de risque et sans donner des avis divergents. »
 

Breedlove prétend dire la « vérité » sur l’Ukraine

 
Répondant aux commentaires allemands, le général Breedlove a insisté sur le fait que la stratégie de l’OTAN était de « donner des informations sur les événements en cours de manière claire, précise et dans le temps. En tant qu’alliance basée sur les valeurs fondamentales de liberté et de démocratie, notre réponse à la propagande ne peut être encore plus de propagande, elle ne peut-être que la vérité », a-t-il déclaré en bon Américain, affirmant qu’il était normal que les informations différent parfois entre les analyses militaires de l’OTAN et les informations recueillies par différentes nations.
 
Mais le magazine Der Spiegel rappelle que le général Breedlove n’est pas le seul à inquiéter l’Allemagne. Il cite la secrétaire d’Etat américaine aux Affaires européennes, Victoria Nuland, aux déclarations peu pacifiques, que ce soit à l’égard de la Russie ou de l’Europe elle-même.
 
D’où l’inquiétude allemande au sujet de cette stratégie des Etats-Unis et de l’OTAN, que le magazine accuse de faire « tout ce qu’ils peuvent pour arriver à une livraison d’armes » en Ukraine, à laquelle l’Allemagne est fortement opposée. Rien de bien nouveau dans la stratégie américaine du chaos.