fbpx

Les maires de France face au gouvernement

Les maires de France face au gouvernement
 
Même s’ils reconnaissent des « avancées positives », les maires de France ont annoncé vendredi la poursuite de leur mobilisation, faute d’avoir obtenu du gouvernement satisfaction sur leur principale revendication : la réduction et l’étalement dans le temps de la baisse des dotations de l’Etat.
 
Les maires de France, a souligné leur président François Baroin, craignent en effet un effondrement important de l’investissement local, du fait de ce désengagement de l’Etat. « Ce qui nous est proposé n’est pas à la hauteur des difficultés », renchérit André Laignel, vice-président socialiste de l’Association des maires des France. « Il y a, précise-t-il, une amorce de prise de conscience, mais le compte n’y est pas. »
 
Certes, Manuel Valls a suggéré des pistes, annonçant notamment la mise en place d’un fonds de soutien à l’investissement des communes doté d’un milliard d’euros. Mais pour l’heure le premier ministre n’a pas précisé par quel moyen ce nouveau fonds serait financé…
 

Les maires de France n’en peuvent plus

 
D’autres propositions ont également été avancées. Mais pour les maires, cela ne saurait suffire puisque, en face, le gouvernement se refuse à réduire la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales, qui a été programmée dans le cadre du programme d’économies publiques de 50 milliards d’euros sur 2015-2017.
 
Or les maires de France estime cette baisse – qui, engagée l’année dernière, devrait représenter sur le quinquennat 15,7 milliards d’euros – est absolument « intenable » pour les communes françaises.
 
François Baroin voit la situation se dégrader à très courte échéance. Elle sera déjà, estime-t-il, très difficile en 2016 ; et, « pour 2017, la marche est inatteignable pour la quasi-totalité des communes », qui seront obligées de diminuer leurs investissements, avec l’impact que cela représente sur bien des postes de la vie communale, à commencer par l’emploi. Des perspectives d’autant plus regrettables que le bloc communal contribue à plus de 60 % à l’investissement public local en France.
 

Faire face au gouvernement

 
Selon une enquête menée par l’association des maires de France auprès de 460 communes et intercommunalités, ce recul de l’investissement communal pourrait atteindre 25 % d’ici 2017, alors qu’il a déjà reculé de 12 % en 2014.
 
En attendant de nouvelles rencontres avec le gouvernement courant juillet, les maires de France vont donc lancer une campagne d’information sur les difficultés des communes. Ils ont d’ores et déjà prévenu qu’ils s’opposeraient à tout nouveau transfert de charges ou de responsabilités de la part de l’Etat. Même quand les finances y contraignent, il est toujours aussi difficile de revenir sur la socialisation du pays.
 

François le Luc