fbpx

L’OTAN sans biscuit en cas d’attaque russe

Pour faire monter la pression, l’OTAN fait savoir qu’elle n’est pas préparée à une attaque soudaine de la Russie, même si la probabilité de cette éventualité est faible.