fbpx

Un lycée de Virginie condamné pour discrimination pour avoir interdit l’utilisation « transgenre » des toilettes

lycée Virginie condamné discrimination transgenre toilettes

Le “droit” des transgenres progresse : les toilettes militantes du Centre dramatique de Haute-Normandie, à Rouen (Seine-Maritime).


 
Une cour fédérale des États-Unis vient de condamner le règlement pris par un lycée en Virginie obligeant les élèves « transgenres » à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe biologique. Cette politique décidée par le conseil d’administration de l’école constitue une « discrimination », a jugé une cour du quatrième circuit. Elle avait été saisie par une élève qui s’identifie comme « mâle » : Gavin Grimm a voulu faire établir par la justice que le genre doit être déterminé par la psychologie, et non par la biologie. C’est une formation de trois magistrats qui lui a donné raison, mardi, à deux contre un.
 
Ladite jeune fille avait obtenu en 2014 le droit de fréquenter les toilettes et vestiaires des garçons. L’autorisation avait été de courte durée au vu des protestations de nombreux parents qui ont conduit le conseil d’administration de l’école à réserver l’utilisation des toilettes et des vestiaires aux jeunes selon leur sexe biologique. Mais les élèves transgenres se voyaient proposer des toilettes isolées.
 

Les LGBT imposent le droit des transgenres à l’utilisation des toilettes du sexe opposé

 
Cela ne suffit pas au lobby LGBT. Le lycée s’est trouvé sous le feu de la critique de ceux qui crient à la discrimination.
 
Le Gloucester County School Board de Virginie avait pourtant pris la peine de proposer explicitement une solution aux élèves ayant « un problème d’identité de genre ». Pas question donc, de nier le discours de l’idéologie du genre, bien au contraire. Mais les droits « transgenres » sont aujourd’hui au cœur de la lutte pour les droits LGBT. Les lobbies avaient bien dit que l’étape du « mariage » gay étant franchie, c’était désormais leur tour !
 
La cour fédérale d’appel a déclaré que la politique adoptée par le lycée de Virginie « viole la loi fédérale qui interdit la discrimination dans les écoles ». Elle a également fait référence à une règle édictée par le Département de l’éducation obligeant les écoles publiques à laisser les élèves transgenres utiliser les toilettes et les vestiaires correspondant à leur « identité de genre ». Dans leur décision, les juges reconnaissent que la séparation des vestiaires, toilettes et douches dans les bâtiments publics est « habituelle et largement acceptée ». Mais c’est pour ajouter : « Il ne nous paraît pas évident, pour autant, que la vérité de ces propositions rend inopérante la conclusion à laquelle nous arrivons concernant le niveau de déférence dû à l’interprétation par le Département de ses propres règlements. »
 
Où l’on voit que si ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, ce qui est absurde s’énonce de manière emberlificotée…
 

La décision politique d’une cour de Virginie dans la « bataille des toilettes »

 
Il s’agit d’une attaque en règle contre les « normes culturelles » jugées inopérantes dès lors que l’État en a décidé autrement. Ces normes culturelles servent à la protection des innocents, notamment contre le viol, le voyeurisme, l’exhibitionnisme… Le politiquement correct et l’idéologie du genre sont décidément plus importants. En tout cas dans l’esprit des juges, qui aux États-Unis ont l’inconvénient supplémentaire, dans les cours fédérales, d’être nommés par le pouvoir politique. Ainsi les deux juges qui ont accédé à la demande de Gavin Grimm ont-ils été nommés par Barack Obama. L’opinion dissidente était celle d’un juge nommé par George H.W. Bush…
 
Jusqu’à une date récente, cette cour fédérale de Richmond, Virginie, était réputée l’une des plus conservatrices des États-Unis. La vacance de plusieurs postes ces dernières années a donné à Barack Obama la possibilité d’en modifier la couleur, puisqu’elle compte désormais 10 juges démocrates pour 7 républicains. Aux pouvoirs exorbitants des juges s’ajoute ainsi le jeu du pouvoir exécutif qui peut les manipuler.
 

Un lycée de Virginie condamné pour discrimination pour avoir interdit les toilettes des garçons à une fille transgenre

 
La décision a une portée non négligeable à l’heure où la Caroline du Nord essaie en tant qu’État de protéger légalement ses citoyens en imposant l’utilisation des toilettes dans les bâtiments publics selon le sexe biologique. Le gouverneur Pat McCrory vient de dénoncer la décision judiciaire de Virginie en affirmant que les lycées devraient pouvoir choisir eux-mêmes dans ce domaine.
 
Mais ce n’est pas dans l’air du temps. Viendra le jour où le simple fait de vouloir empêcher des hommes d’accéder à des toilettes et des vestiaires fréquentés par des jeunes filles constituera un délit pénal.
 

Anne Dolhein