fbpx

“Mariage” païen de deux sorciers gays en Ecosse

Mariage paien deux sorciers gays Ecosse
 
C’est une première, et en même temps un symbole ramassé de toute la folie de notre époque. Un couple d’homosexuels, Tom Lanting, 34 ans, et Iain Robertson, 39 ans – et déjà 12 ans de vie commune – se sont légalement « mariés » à Edimbourg au cours d’une cérémonie païenne dans des caves voûtées du XVIe siècle, un lieu de réception habilité pour la célébration de mariages civils. Ils ont profité du droit que reconnaît l’Ecosse aux païens et aux autres « spiritualités minoritaires » de se marier légalement lors d’une cérémonie correspondant à leur croyance.
 
Les deux hommes se présentent comme des sorciers pratiquant le « hedgecraft », variante proche du shamanisme qui prétend traverser les frontières – les « hedges » – entre ce monde et l’autre et pratique la guérison par les herbes médicinales.
 

Cérémonie païenne “traditionnelle”

 
Ils ont exhumé nombre de pratiques « traditionnelles » du paganisme comme le « handfasting » par lequel les mains des futurs « époux » sont liées et les engagent à vivre ensemble un an et un jour, la séparation étant alors possible si la femme n’a pas conçu d’enfant. On la promeut aujourd’hui pour ajouter du romantisme et de la solennité aux mariages civils, sans qu’il soit d’ailleurs question de répudiation. Toujours au nom du paganisme, les deux sorciers gays ont partagé l’hydromel et sauté par-dessus un balai.
 

Les sorciers gays attirent les médias

 
Mais s’ils ont attiré l’attention des médias du fait de leur homosexualité et de leurs déclarations en faveur de la reconnaissance de toutes les unions « LGBTI » (lesbiennes, gays, bi, trans et intersex – ces derniers sont ceux qui ne savent pas trop ou qui ont une orientation fluctuante), la reconnaissance des mariages « païens » n’est pas neuve en Ecosse.
 

Des centaines de mariages païens en Ecosse

 
La Fédération païenne d’Ecosse a obtenu le droit d’enregistrer des mariages depuis 2005. Et elle en a « des centaines » à son actif, moins médiatisées puisqu’il s’est agi d’unions « hétérosexuelles ». Elle s’est félicitée de ce que les mariés aient pu prononcer leurs vœux « conjugaux » devant leurs « dieux personnels ».
 
La cérémonie s’est déroulée en présence d’un représentant de l’Equality Network, un réseau de soutien aux homosexuels : Tom French a souligné que la lutte pour le « mariage » gay visait aussi à obtenir une plus grande « liberté de religion » en reconnaissant à tous les groupes de croyances le droit d’organiser l’enregistrement de mariages.