fbpx

Les nouveaux programmes scolaires ont été réécrits… mais pas changés

nouveaux programmes scolaires
 
Une dictée par jour ! La promesse de Najat Vallaud-Belkacem semble annoncer un retour aux méthodes éprouvées et les enfants du primaire n’ont qu’à bien se tenir. Elle l’a faite en présentant une nouvelle version des nouveaux programmes de l’Education nationale pour l’école primaire et le collège dont la première version avait été raillée par les enseignants et par la presse, sans renoncer toutefois à leur économie générale. Les nouveaux programmes scolaires ont été réécrits pour en ôter le côté trop jargonnant, mais ils n’ont pas été changés quant au fond.
 
Alors, les parents pourront se réjouir de ce que leurs enfants, dans le primaire, soient enfin instruits de manière progressive : lecture quotidienne, calcul mental obligatoire, dictée… S’ils y croient. Quel que soit le contenu des programmes et leur présentation, on sait que les pédagogistes ont la haute main sur l’enseignement et que leur action est d’autant plus efficace qu’ils arrivent à faire croire que tout va bien, ou mieux. C’est pourquoi il faut approcher ces promesses avec une fondamentale méfiance.
 

Réécrits mais pas changés : les nouveaux programmes restent conformes au pédagogisme

 
Tant en effet qu’on n’aura pas explicitement mis fin aux méthodes d’apprentissage qui privilégient l’apprentissage visuel et global, au détriment de la parole consciente, l’analyse et du raisonnement, on aura des formations qui au mieux feront illusion. A ce propos, le livre d’Elisabeth Nuyts, L’école des illusionnistes, n’a pas pris une ride. On note que le projet, lui, insiste sur l’« identification des mots » : une démarche globale, et sur la « conscience phonologique », qui habitue les enfants à travailler « hors sens ».
 
Il faudra analyser finement – justement – les nouveaux programmes tels qu’ils ont été présentés à la presse vendredi matin lors de leur remise par le Conseil supérieur des programmes à Najat Vallaud-Belkacem. On reste dans la logique des cinq « domaines » et de la « transversalité ». La « formation de la personne et du citoyen » reste au cœur du projet – ou comment apprendre la laïcité via les mathématiques ou la morale d’après la déclaration des droits de l’homme…
 

Najat Vallaud-Belkacem cherche à rassurer les parents sur les nouveaux programmes scolaires

 
Les langues anciennes et spécialement le latin n’ont plus d’existence propre : on les découvre au hasard des enseignements thématiques, en faisant du français, par exemple, ou en allant « chasse des expressions latines ou grecques utilisées aujourd’hui » dans le cadre des « enseignements pratiques interdisciplinaires ».
 
Pour ce qui est de l’histoire, certaines critiques ont été entendues et désormais tous les thèmes évoqués dans les programmes seront obligatoires, y compris le petit nouveau : « Les Lumières. »
 
Ce n’est pourtant pas lui qui manquait le plus.
 

Anne Dolhein