fbpx

La NSA espionne-t-elle les Américains grâce aux services étrangers ?

NSA espionne Americains services etrangers
 
La NSA a toujours affirmé qu’elle n’avait jamais écouté le contenu des conversations téléphoniques des Américains mais Edward Snowden a également établi plusieurs mensonges de la NSA quant à l’espionnage de la population américaine…
 
La question reste donc légitime : la NSA espionne-t-elle les conversations téléphoniques des Américains ?
 
La réponse pourrait être : « techniquement, non ».
 

Echange de bons procédés entre la NSA et les services étrangers

 
La NSA pourrait tout simplement avoir accès à ces données sans trahir sa parole et en toute légalité : en ayant un accès indirect et légal aux conversations téléphoniques des Américains enregistrées par des services de surveillances étrangers pendant qu’elle même surveille les populations de ces pays…
 
Un accord pourrait avoir été passé entre les Etats-Unis et ses autres alliés anglo-saxons notamment (Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) qui n’ont aucune restriction légale quant à l’espionnage des Américains.
 

L’Angleterre espionne-t-elle les Américains ?

 
Une possibilité d’autant plus plausible que la NSA a récemment versé des centaines de millions de dollars à son équivalent britannique le GCHQ.
 L’Angleterre n’a effectivement aucune restriction concernant l’espionnage de citoyens américains, mais elle n’a ni les moyens de le faire, ni intérêt direct.
 
Mais la France pourrait aussi bénéficier de ces échanges légaux d’informations puisque >Le Monde</em> rapportait en octobre 2013 que les services secrets français avaient laissé l’accès aux Etats-Unis à des câbles sous-marins par lesquels transitent la plupart des données provenant d’Afrique et d’Afghanistan et qui atterrissent à Marseille et à Penmarc’h, en Bretagne. En échange de quoi les Américains fournissaient des informations venant de pays dans lesquels les services français sont absents.
 

Vers l’internationalisation des services

 
Il se pourrait donc bien que les déclarations publiques de la NSA soient exactes mais qu’un accord soit passé avec les alliés qui pourrait se résumer ainsi : « nous vous espionnerons si vous nous espionnez »…