fbpx

Déclaration de l’Onu : les Pays-Bas maltraitent des demandeurs d’asile

Onu  Pays-Bas maltraitent demandeurs asile.si
 
Les Pays-Bas ont rejeté une déclaration « d’experts » de l’ONU leur demandant d’abriter et de nourrir pendant l’hiver les demandeurs d’asile déboutés. Ils reprochent aux Nations-Unies de publier des informations « partiales ».
 
Le gouvernement néerlandais a refusé de débloquer 15 millions d’euros pour nourrir et loger les demandeurs d’asile déboutés dont le dossier humanitaire est insuffisant, provoquant la déclaration de l’ONU.
 

L’ONU rappelle les Pays-Bas à l’ordre

 
Le ministre de l’immigration, Fred Teeven, a expliqué qu’il ne souhaitait pas mettre ce budget à disposition car il craignait de miner le système de demande d’asile en assistant ceux qui n’acceptent pas l’expulsion. Mais l’ONU ne l’entend pas de cette oreille : « En ces sombres jours précédant Noël, il est effrayant de constater que le gouvernement néerlandais ne souhaite pas consacrer moins de 0,01% de son budget annuel pour aider des gens vivant dans la misère et la pauvreté absolue », affirme son communiqué. L’ONU accuse par ailleurs le gouvernement d’essayer de « gagner des points électoraux » en délaissant ces demandeurs d’asile.
 
Plus de 12.000 immigrés clandestins ont pénétré aux Pays-Bas durant les six premiers mois de 2014, plus que lors d’aucune année depuis 2001, un nombre énorme pour un pays de 17 millions d’habitants.
 

Les demandeurs d’asile et la réaction des Néerlandais

 
Ils viennent majoritairement de Syrie, d’Erythrée, de Somalie, d’Irak ou encore d’Afghanistan. Le nombre total des clandestins excèderait 100.000 dans le pays, ce qui a engendré récemment quelques frictions. Pendant l’été, une manifestation pro-Gaza s’était transformée en manifestation pro-Etat-Islamique, provocant de grosses manifestations d’extrême-droite : le parti de Geert Wilders, fermement opposé à l’islamisation du pays, a dominé le débat politique.
 

Les dictateurs de l’ONU maltraitent le peuple néerlandais…

 
Le gouvernement de centre-droit a donc décidé de limiter un peu l’immigration afin de ne pas être totalement dépassé. Ce que critique l’ONU, peu soucieuse de l’avis et des difficultés du peuple néerlandais.
Une problématique de plus en plus répandue en Europe…