fbpx

Ron Paul soutient l’Arizona qui relance une monnaie d’or et d’argent contre le monopole de la Réserve fédérale

or monnaie Arizona dollar Ron Paul réserve fédérale
 
Keynes l’appelait la « relique barbare ». Les libéraux le détestent. Et pourtant l’or reste une valeur actuelle, si l’on en juge par la campagne menée par Ron Paul, ancien représentant du Texas, républicain de tendance libertarienne, foncièrement opposé à la mainmise du fédéral sur les libertés locales. Il soutient ce 8 mars, devant la commission des finances du Sénat d’Arizona, une loi qui restaure une monnaie forte à l’intérieur des frontières de cet Etat. La mesure, numérotée HB2014, « exempte de taxes l’échange d’une monnaie à une autre » et redéfinit la monnaie légale de façon à ce qu’elle puisse comporter une « valeur intrinsèque », en un mot, des « pièces contenant des métaux précieux ».  Cette mesure va permettre aux Arizoniens d’acheter et de vendre de l’or et de l’argent sur le territoire de leur Etat sans que la transaction soit considérée comme un échange de capitaux, limitant ainsi de facto les compétences de la Réserve fédérale, la banque centrale américaine qui émet le dollar, par le rétablissement d’une monnaie métallique à valeur propre.
 

Ron Paul mène campagne pour la monnaie or en Arizona

 
Le texte HB2014 « est capital et particulièrement opportun », a déclaré l’ancien candidat aux primaires républicaines de 2008 et 2012. « L’échec de la Réserve fédérale à relancer l’économie par ses taux d’intérêts historiquement bas depuis le dernier krach est le signe que le dollar va bientôt s’effondrer », ajoute Ron Paul. « Il est urgent de ce fait qu’une loi protège le droit du peuple à utiliser des moyens alternatifs à des billets qui pourraient bientôt perdre toute valeur ».
 
Avec le nouveau texte proposé au législateur de l’Arizona, « on aura la garantie que le peuple ne sera pas puni par le fisc s’il arbitre contre les billets de la Réserve fédérale en faveur de l’or ou de l’argent ». Ron Paul et son « Institut pour la Paix » estime que « depuis que l’inflation a augmenté la valeur des métaux précieux, la taxation offre au gouvernement un moyen supplémentaire pour s’enrichir grâce à la dépréciation des coupures fédérales ».
 

Les taux historiquement bas de la Réserve fédérale, signes d’un « prochain effondrement » du dollar

 
Depuis des années, de nombreux Etats fédérés ont tenté de faire passer des lois instaurant des monnaies consolidées. D’autres, indique le site thenewamerican, débattent de projets visant à abolir ou au moins à auditer la Réserve fédérale. Le Federal Reserve System, banque réunissant depuis 1913 douze Réserves fédérales régionales couvrant chacune plusieurs Etats, a le monopole de la politique monétaire et de l’émission de monnaie. Elle a réunifié des monnaies régionales dont la coordination reposait sur un système de troc rendant toute politique globale inopérante. Depuis, la « Fed » s’est arrogée des pouvoirs exorbitants, hors de tout contrôle de l’autorité politique élue, ce que dénonce Donald Trump.
 
Face à cette dérive, le texte HB2014 réaffirme la souveraineté des Etats fédérés en se référant au 10e amendement de la Constitution. Selon ce dernier, toute compétence non explicitement attribuée au fédéral reste du ressort de la souveraineté des Etats, illustration du sain principe de subsidiarité : l’action publique relève de l’autorité compétente la plus proche des populations concernées. Les contempteurs du centralisme – nombreux aux Etats-Unis mais bien trop rares dans notre France tragiquement jacobine – critiquent depuis des années la « manipulation anticonstitutionnelle de la monnaie par le système de Réserve fédérale ».
 

Briser le monopole de fait de la Réserve fédérale sur la politique monétaire

 
Plusieurs économistes estiment que si certains Etats autorisaient des monnaies d’or et d’argent comme alternative aux billets de banques de la « Fed », leurs situations économiques se stabiliseraient voire renoueraient avec la croissance. Un autre effet positif de ce type de mesure consisterait à diminuer le poids des coupures fédérales et à renforcer l’intérêt de l’or et de l’argent. La régénération de l’économie de ces Etats irait de pair avec la fin du monopole sur l’émission monétaire et sur la politique monétaire exercé par la Réserve fédérale.
 
Contre l’obstruction qui ne manquera pas de se manifester de la part des pouvoirs fédéraux, les Etats pourront tenter de faire valoir l’arrêt de la Cour suprême Lane County vs Oregon, en 1898 : il déboutait un contribuable qui voulait payer en billets de banque alors que le fisc de l’Etat lui réclamait des monnaies métalliques d’or ou d’argent. L’arrêt réaffirmait les compétences souveraines des Etats, en particulier dans le domaine fiscal. Et donc monétaire.
 

Matthieu Lenoir