fbpx

Argentine : un orang-outan reconnu « personne non humaine » par un tribunal

orang-outan personne non humaine 
 
Sandra est une femelle orang-outan de 29 ans et un tribunal de Buenos Aires l’a reconnue dimanche comme une « personne non humaine ». Sa captivité dans un zoo de la capitale argentine a donc été jugée illégale et l’animal doit être libéré et transféré dans un centre des grands singes au Brésil dans lequel sa « liberté » sera plus grande…
 
La BBC présentait dans ses reportages Sandra comme un animal « timide » qui « essayait désespérément de se cacher du public dans son enclos »…
 

Après l’orang-outan, tous les êtres sensibles…

 
A l’origine de cette décision, l’Association des fonctionnaires et des avocats pour les droits des animaux (Afada) qui a plaidé que l’orang-outan avait des capacités cognitives suffisantes pour être traité comme une personne « au sens philosophique et non biologique du terme ».
 
Paul Buonpadre, l’avocat de l’Afada s’est réjoui de cette décision qui « ouvre la voie non seulement à la libération d’autres grands singes mais également pour tous les être sensibles ».
 

« Personne non humaine » ou méconnaissance des animaux ?

 
L’un des responsables du zoo a répondu à ces défenseurs des animaux : « Quand on ne connaît pas la biologie animale, affirmer de manière injustifiée qu’une bête est stressée ou déprimée, c’est commettre une erreur très commune : humaniser le comportement animal »…
 
C’est évidemment le but de la démarche : expulser l’homme du centre de la création et en finir avec la vision biblique de la création qui place l’Homme à son sommet…
 
Pendant que la science s’affaire à « améliorer » l’homme par la robotique, la justice fait de l’animal une personne…
 
Plus de différence entre l’Homme et Dieu, plus de limite entre l’Homme et l’animal : un panthéisme pratique.