fbpx

Un mouvement de parents d’élèves contre l’éducation sexuelle à la mode LGBT se répand dans le monde anglo-saxon

parents contre éducation sexuelle LGBT
 
La journée de retrait de l’école organisée ce lundi 23 avril aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Grande-Bretagne est un mouvement international de protestation de parents hostiles à ce que les écoles fassent subir à leurs enfants une éducation sexuelle à la mode LGBT. Organisée au départ à Charlotte, en Caroline du Nord, l’initiative Sex Ed Sit Out s’est rapidement répandue dans une quinzaine d’autres villes des États-Unis avant d’être suivie par d’autres villes au Canada, en Australie et au Royaume-Uni. Un nombre croissant de parents cherchent ainsi à protester contre l’évolution récente de l’éducation sexuelle à l’école vers l’utilisation d’illustrations et explications quasi-pornographiques avec un endoctrinement des enfants à l’idéologie du genre et aux « sexualités » (au pluriel). Les parents participant à cette journée de retrait de l’école devaient tous envoyer une même lettre explicative à la direction de l’établissement de leurs enfants.
 
L’une des premières organisatrices de cette JRE anglo-saxonne, qui se fait appeler « la maman militante » (The Activist Mommy), explique que l’événement était uniquement prévu à Charlotte, mais que d’autres parents aux États-Unis et à l’étranger ont rapidement suivi car ils sont confrontés partout à la même situation.
 

La Californie pionnière dans le domaine de l’éducation sexuelle à la mode LGBT en Occident

 
Comme souvent, la Californie a une longueur d’avance dans le domaine de la nouvelle éducation sexuelle à la mode LGBT. En effet, cet État s’est doté en 2015 d’une loi sur la santé des jeunes qui impose d’enseigner aux élèves des « attitudes saines » sur le « genre » et « l’orientation sexuelle ». Inutile de dire que ces « attitudes saines » sont celles promues par le lobby LGBT et que les supports d’enseignement approuvés par cette loi (dont certains sont publiés par des organisations de la nébuleuse Soros) visent à banaliser l’homosexualité et à encourager toutes sortes de pratiques sous prétexte d’expliquer aux enfants et adolescents comment s’adonner à ces pratiques sans risque pour la santé. Exemple : des conseils aux adolescents pour bien utiliser des sex toys et du lubrifiant anal. En théorie, cette loi californienne donne aux parents la possibilité de dispenser leurs enfants de ces cours d’éducation sexuelle mais, alors qu’elle commence seulement à s’appliquer, le site Life Site News signale déjà un comté de Californie dans lequel les autorités considèrent comme obligatoire tous les enseignements-endoctrinements concernant des sujets comme « l’identité de genre » ou l’orientation sexuelle.
 

Une réaction internationale de parents contre un lobby LGBT très influent dans les institutions de l’ONU

 
Cette évolution très inquiétante ne concerne toutefois pas que les pays anglo-saxons. Le lobby LGBT, qui jusque dans les années 80 était lié au lobby pédophile, pousse en effet ses pions à travers les organisations internationales. En 2010 déjà, les « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe » publiés par l’OMS – Région Europe et le Centre fédéral pour l’éducation à la santé (BZgA) à l’intention des gouvernements européens, préconisait l’enseignement de la masturbation dès la maternelle et la promotion de toutes les formes de sexualité et de l’avortement. Sous la direction d’Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture sous François Hollande, l’UNESCO vient d’emboîter le pas à l’OMS. Une troisième agence de l’ONU, l’UNICEF, exerce elle aussi une action dans le même sens.
 
Il faut donc saluer le caractère international de cette Journée de retrait de l’école lancée aux États-Unis. Espérons que ce n’est qu’un début, car nous sommes tous concernés !
 

Olivier Bault