fbpx

Le politiquement correct pourrait détruire la passion…

politiquement correct détruire passion
 
C’est ainsi que rt.com, dans sa version anglophone, titre un article sur la tendance qui se dessine de vouloir faire signer un contrat avant les rapports sexuels pour éviter les accusations de viol, d’agression ou de harcèlement.
 
Charge contre le politiquement correct, la tribune du philosophe culturel Slavoj Žižek dénonce le subjectivisme narcissique cette tendance qui veut voir abandonnée la notion de « non, c’est non » par celle de « oui, c’est oui » : tout ce qui n’est pas accepté explicitement serait hors-limites.
 
« A partir de la perspective contemporaine, on peut considérer cet interdit comme un signe précoce de l’obsession politiquement correcte qui cherche à protéger les individus de toute expérience qui pourrait leur faire du mal de quelque façon que ce soit. La liste est théoriquement sans fin – pensez à la proposition de gommer numériquement les cigarettes des classiques de Hollywood… », écrit-il.
 
Soit. Mais la vraie question est celle de la disparition de la moralité naturelle et équilibrée qui est censée protéger le plus faible (ou la plus faible, mais peut-on encore le dire ?) au profit d’une liberté absolue.
 
Après tout, en des temps plus civilisés, et plus conformes à la nature des couples et à celle de leurs enfants potentiels, pour le plus grand bien de la société dans son ensemble, on exigeait bien la signature d’un contrat, ou mieux, la conclusion d’une alliance exclusive et définitive avant le rapport sexuel.
 
On l’appelait le mariage.