fbpx

L’appel à Poutine : Jean-Claude Juncker veut un resserrement des liens commerciaux, entre l’UE et l’Union économique eurasiatique

Poutine Juncker resserrement liens commerciaux UE Union économique eurasiatique

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.


L’appel à Poutine : Jean-Claude Juncker veut un resserrement des liens commerciaux, entre l’UE et l’Union économique eurasiatique
 
A l’issue du sommet du G20 qui s’est tenu à Antalya en Turquie en début de semaine, Jean-Claude Juncker, dans une lettre à Vladimir Poutine, déclare vouloir relancer les relations économiques avec la Russie afin de resserrer les liens commerciaux entre l’UE et l’Union économique eurasiatique, ajoutant qu’il regrette le manque d’avancées en la matière au cours de l’année écoulée. Après les différends sur l’Ukraine, c’est un complet retournement de situation. Le président de la Commission européenne a fait part de sa démarche lors d’une conférence de presse donnée au sommet de Vallette sur l’immigration.
 
Après avoir délibérément isolé la Russie en l’accusant d’avoir été à l’origine de la situation en Ukraine, les Etats-Unis et l’Union Européenne, France en tête, parlent de concert des modalités d’un rapprochement avec la Russie, comme les y invite Jean-Claude Juncker dans sa lettre.
 

Jean-Claude Junker comme Vladimir Poutine pour le resserrement des liens économiques et commerciaux régionaux

 
Toutefois, ce rapprochement économique qui vise également, in fine, un rapprochement avec l’Union économique eurasiatique (UEEA) ne saurait être envisagé sans l’application des accords de Minsk relatifs à la situation en Ukraine. La Russie a fait savoir par la voix du porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, qu’il serait difficile, voire impossible de satisfaire à cette condition, tant que Kiev ne montrerait pas de meilleure volonté à faire respecter le cessez-le-feu prévu au titre de ces accords.
 

L’Union européenne et l’Union économique eurasiatique sur la même ligne

 
Même si les oppositions paraissent rester fortes entre les deux camps, vont-elles pour autant résister à l’impérieux pragmatisme des réalités économiques et politiques ? Le développement de l’UEEA est largement soutenu par Vladimir Poutine comme sa récente tribune libre parue dans le Global Times en atteste, peu avant le sommet de l’APEC qui s’est tenu à Manille cette semaine également. Le porte-parole de Vladimir Poutine l’a encore rappelé hier, revendiquant pour ainsi dire l’origine russe de cette « vieille idée » de coopération économique et commerciale entre l’Union Européenne et l’Union économique eurasiatique.
 
Ce qui est intéressant, c’est surtout que tous semblent s’accorder maintenant alors que leur opposition semblait naguère si profonde. La dialectique, pour les bons marxistes léninistes de Bruxelles et de Moscou, n’a d’autre intérêt que d’aboutir à la « synthèse » désirée. Sommes-nous en présence d’un cas d’école ?
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle