fbpx

2015 : les prix du stationnement parisien flambent

prix stationnement parisien flambent 2015
 
C’est le cadeau d’Anne Hidalgo aux Parisiens – et aux non-Parisiens – en mal d’étrennes. Les feux de cheminée ne lui avaient pas réussi, elle s’est vengée sur les automobiles : depuis le 1er janvier, les coûts du stationnement ont flambé. Et tout le monde est visé, des automobilistes de passage aux malheureux résidents.
 
Le maire de Paris a suivi le schéma classique des mesures impopulaires : votées en catimini aux moments où les Français font le moins attention – en l’occurrence, le 17 décembre dernier. Le maire-adjoint, Christophe Najdovski, parle de « désencombrer l’espace public ». L’adjoint (PS) chargé des finances, Julien Bargeton, cite une « politique de déplacements »… Officiellement aussi, c’est « une lutte contre la fraude » – 86%, dixit la Ville. En réalité un impôt forcé… pour les citoyens qui payent. Les autres ne paieront ni le stationnement, ni l’amende.
 

Résolution 2015 : faire flamber les prix du stationnement parisien

 
Les 142.000 places de stationnement en surface passent donc, pour onze arrondissements, de 3,60 à 4 euros de l’heure. Le pire concerne les résidents parisiens, les vrais forcés, les doux obligés, qui voient passer leur semaine de 3,25 euros à 9 euros… soit 468 euros par an au lieu de 169 ! Une manne royale pour la Ville, quand on sait le peu de garages dont les habitants disposent. La nouvelle est bonne, en revanche, pour les sociétés ayant concession de parkings souterrains dont les tarifs prohibitifs vont finir par devenir concurrentiels. Avant qu’elles ne les remontent.
 
Pour les ménages imposables, la carte de stationnement devient payante lors de son renouvellement (45 euros par an, sauf pour les propriétaires de voitures électriques ou au GPL). En outre, le samedi devient également payant, de même que le mois d’août, et le temps du payant quotidien est prolongé d’une heure, de 19 heures à 20 heures… Sans compter une revalorisation des frais de mise en fourrière.
 
C’est la bagatelle de 55 millions d’euros que Hidalgo prévoit d’empocher. La leçon n’est pas écologique. Elle est financière.