fbpx

Les discrets progrès nucléaires et maritimes de la Chine vont en faire une superpuissance militaire

progrès nucléaires maritimes Chine superpuissance militaire
 
La Chine a clairement l’ambition de devenir une nouvelle superpuissance militaire, comme en témoignent ses programmes actuels de développement de sa technologie de défense… et d’attaque. Reinformation.tv évoquait il y a quelques jours les avancées dans le domaine nucléaire avec le prochain déploiement attendu des nouveaux missiles DF-41, d’une portée de 14.500 km. Tout aussi discrets, les progrès de la Chine dans le domaine des navires de guerre rendent compte de cette volonté de renforcer ses capacités : elle travaille actuellement d’arrache-pied au développement d’un nouveau croiseur de bataille, le « Type 055 ».
 
Le missile Dong Feng (« vent d’Est » DF-41 pourrait être déployé dans les mois qui viennent, selon la presse chinoise. Richard Fisher, de l’International Assessment and Strategy Center, estime la chose probable au vu des tests effectués avec ce nouveau missile qui a la particularité de pouvoir être lancé depuis des plateformes mobiles : une nouveauté pour la Chine dont les têtes nucléaires sont à ce jour confinées à des silos fixes.
 

La Chine développe des missiles nucléaires capables de frapper les Etats-Unis n’importe où

 
Avec 10 têtes nucléaires chercheuses de cible par missile, le DF-41 peut voyager à Mach 5 au moins : cela met les Etats-Unis à une demi-heure de la Chine en passant par le Pôle Nord, à peine plus en passant par le Pacifique.
 
C’est depuis des dizaines d’années que la Chine travaille sur son programme nucléaire, faisant détoner sa première bombe à fission en 1964 ; la première bombe à hydrogène devait suivre trois ans plus tard. Mais la menace – notamment à l’égard des Etats-Unis – restait minime vu le manque de portée de leurs armes de destruction massive et leur éloignement comparé à celui de la Russie par exemple.
 
Dès la fin des années 1990, « probablement grâce à l’aide de la technologie balistique américaine » note The New American, les têtes nucléaires chinoises menaçaient directement la côte ouest des Etats-Unis. Les progrès sont désormais bien plus rapides : avant la fin de l’année, la Chine devrait pouvoir frapper n’importe quel point du territoire continental des Etats-Unis. Et ce dans un contexte de tension militaire croissante entre les deux pays à propos des îles dans la Mer de Chine du Sud.
 

La Chine, bientôt superpuissance maritime militaire ?

 
Du côté des Etats-Unis, on assure que des missiles nucléaires chinois seraient facilement interceptés grâce aux armes anti-missiles stationnées à Guam ; sans compter que la technologie américaine est bien plus avancée que celle de la Chine. Comme l’observe The New American, cet optimisme mérite d’être tempéré par les leçons de la Guerre Froide, au cours de laquelle l’Occident aida l’URSS à renforcer sa puissance militaire, ce qui aboutit à pousser les Américains à accepter davantage de gouvernance internationale.
 
Le « dragon » chinois aura-t-il le même rôle ? Ce qui est sûr, c’est qu’il cherche à asseoir sa puissance, notamment sur la mer. Le nouveau croiseur de bataille « Type 055 » évoqué plus haut s’annonce de taille à affronter son homologue américain, l’USS Zumwalt armé de 80 missiles guidés. Le tout nouveau destroyer américain vaut 7,5 milliards de dollars et le Congrès des Etats-Unis vient de fixer le nombre de ces bâtiments à construire à trois. Les essais de navigation sur le premier sont en cours.
 

Les progrès chinois rendus possibles grâce à la technologie occidentale et russe

 
Côté chinois, on développe un navire encore plus imposant, transportant davantage de missiles (96) d’interception, de croisière et d’attaque terrestre mais aussi de missiles antinavires supersoniques, à la portée plus importante que celles détenus par les Etats-Unis, selon des sources sérieuses. Ici, la Chine bénéficie de la technologie russe qui, en la matière et depuis les années 1970, est supérieure à celle des Etats-Unis.
 
Pour la première fois depuis des générations, les Etats-Unis pourraient donc être confrontés à la présence de navires de guerre qui surclassent tous les bâtiments de sa flotte militaire.
 
L’avancement des travaux sur ces nouveaux bâtiments ultra-sophistiqués n’est pas connu, pas plus que le nombre de « Type 055 » que la Chine envisage de construire.
 
Mais tout se passe comme si celle-ci s’était lancée dans une course à l’armement en bonne et due forme.
 

Anne Dolhein