fbpx

Agressions sexuelles du Nouvel An à Cologne : un rapport de police accuse les migrants

Rapport police migrants nouvel Cologne agressions sexuelles
 
Selon un rapport de police rendu public jeudi par le magazine allemand Der Spiegel, les policiers ont été complètement dépassés par les événements – au point de redouter des morts – lors des agressions sexuelles de masse qui ont eu lieu à Cologne pendant les célébrations du Nouvel An. Durant la nuit de la Saint-Sylvestre, la Bundespolizei a été témoin du désarroi d’innombrables habitants, en très grande majorité des femmes seules ou accompagnées, totalement bouleversées, en larmes, rapportant rixes, vols et agressions sexuelles. Tous les témoignages consignés dans le rapport désignent des groupes de migrants masculins comme les auteurs de ces délits.
 

La police de Cologne « débordée » lors du Nouvel An

 
Toute identification précise s’est révélée impossible sur le coup, tant les forces de police ont été débordées. Selon le rapport, « les forces de l’ordre ne contrôlaient plus les incidents, les agressions, les délits ». Face à l’impossibilité de venir en aide aux victimes, les policiers se sont sentis frustrés ; ils n’ont même pas pu enregistrer toutes les plaintes tellement celles-ci étaient nombreuses.
 
Le rapport cité par Spiegel établit une liste d’incidents dont les policiers ont été personnellement témoins :
 
• Les groupes d’hommes ont fait barrage autour des victimes afin d’empêcher les forces de l’ordre de leur porter secours.
 
• Un homme a lancé aux policiers : « Je suis syrien, vous devez bien me traiter. Mme Merkel m’a invité. »
 
• Des témoins ont été menacés s’ils cherchaient à dénoncer les coupables.
 
• Des hommes ont déchiré leur permis de séjour sous les yeux des policiers en ricanant et en disant : « Vous ne pouvez rien contre moi, j’en aurai un nouveau demain. »
 
• Les ordres de quitter les lieux ont été ignorés. Faute de moyens, les interpellations se sont avérées impossibles.
 

Le rapport de police accuse clairement les migrants des agressions sexuelles de Cologne

 
Pendant l’évacuation de la place de la gare, les forces de l’ordre ont été la cible de fusées de feux d’artifice et de jets de bouteilles. Malgré l’évacuation, les vols et agressions ont continué un peu partout.
 
L’auteur du rapport note que jamais, en 29 ans de service, il n’avait vécu une telle situation, ni un tel manque de respect vis-à-vis des forces de police : à court de personnel, « les forces de l’ordre ont rapidement été débordées ». L’intervention des forces de l’ordre aura duré de 21 h 45 à 7 h 30 au cours de cette nuit de la Saint-Sylvestre qualifiée de « nuit de chaos et de honte ».
 
La police de Cologne a reçu plus de 120 dépôts de plainte dans les jours qui ont suivi les troubles du Nouvel An. Wolfgang Albers, chef de la police de Cologne, a été contraint de reconnaître que ses déclarations au matin du 1er janvier étaient mensongères. Il avait qualifié la nuit de Saint-Sylvestre de « calme ».
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle