fbpx

Au Royaume-Uni, l’Etat-nounou s’immisce dans les pique-niques scolaires

Royaume Uni Etat nounou pique niques scolaires
 
Des parents furieux se mobilisent au Royaume-Uni contre la nouvelle politique alimentaire de l’école fréquentée par leurs jeunes enfants : la Shirley Manor Primary Academy, à Wyke près de Bradford dans le West Yorkshire a décidé de fliquer les paniers repas des petits élèves. Sont bannis les friands aux saucisses, les tourtes au porc et les boissons au sirop de fruits, tandis que les desserts, les gâteaux, les cakes, gâteaux salés sont sévèrement surveillés. L’école se justifie au nom des règles gouvernementales sur l’alimentation saine : l’Etat-nounou a toujours raison. Mais les parents qui voient retoquer les pique-niques scolaires ne sont pas d’accord. L’école est faite pour instruire, pas pour nourrir, tempête un papa.
 
C’est une affaire hautement symbolique de notre époque où les pouvoirs publics se croient investis d’une mission de salut public dépassant le pire des moralismes. Non parce qu’il est en soi honteux de favoriser un régime sain, spécialement pour des enfants, mais parce que cette responsabilité incombe aux parents. La déplacer, c’est ouvrir la porte à une surveillance de plus en plus tyrannique qui aboutit au pire des cas à justifier la mise à l’écart de géniteurs « indignes » au profit d’un Etat qui sait tout. Et dire qu’on se moque de l’Eglise qui demande qu’on s’abstienne de viande le vendredi – et encore, pour des motifs surnaturels !
 

Les pique-niques scolaires sous le regard de Big Brother

 
A Shirley Manor, les parents ont été avertis au début du trimestre que leurs enfants devraient présenter leur panier repas à l’inspection avant de déjeuner, et aussi après avoir fini leur pique-nique. Certains aliments – y compris les très traditionnelles tourtes au porc et les saucisses piquantes – sont carrément interdits. Ils seront saisis au motif de leur composition « trop grasse et trop salée » et le parent coupable recevra un coup de fil vengeur dans la foulée.
 

Le Royaume-Uni, champion parmi les Etats-nounou

 
D’autres aliments sont tout juste tolérés. S’il y a plus d’un dessert ou paquet de chips, la saisie sera également automatique mais l’aliment confisqué sera rendu en fin de journée. L’école détient sur place une série d’aliments de remplacement. Un sandwich au jambon sans beurre par exemple… Moyennement apprécié selon certains parents.
Si l’école ne va pas jusqu’à mettre en place une unité de soutien psychologique, en revanche, les parents sont assurés d’y trouver une écoute à travers une personne qui leur expliquera, sur rendez-vous, les besoins alimentaires de leurs chères têtes blondes. Mais savent-elles seulement lire et écrire ?
 

Anne Dolhein