fbpx

Royaume-Uni : les jeunes victimes de « vengeance porno »

Royaume-Uni les jeunes victimes de vengeance porno

 

Signe des temps : la police britannique signale que les jeunes sont de plus en plus souvent victimes de « vengeance porno », une pratique qui consiste à poster des images parfois très explicites d’un ou d’une « ex » pour lui faire « payer » une rupture. Si la pratique est à la hausse depuis longtemps sur internet, la nouveauté est la jeunesse des victimes : l’une de celles répertoriées par les forces de l’ordre, une fillette, n’avait pas plus de 11 ans au moment des faits.
 
Et il n’y a pas que les victimes : les collégiens ne sont pas en reste parmi les coupables de « vengeance porno » pour laquelle les réseaux sociaux représentent un média de choix, à la fois pour se venger, humilier et menacer des condisciples. La publication de photos nues – obtenues par consentement ou volées – ou la menace de le faire, est fréquente. La police évoque des cas de chantage au sexe, dans le pire des cas, mais aussi de harcèlement.
 

Criminaliser la “vengeance porno” pour protéger les victimes les plus jeunes

 
Dans la seule région de Thames Valley, la police a répertorié 60 incidents de ce type, dont près du tiers impliquant des mineurs, y compris une jeune fille de 13 ans.
 
« Je pense que ce n’est que le sommet de l’iceberg », signale Laura Higgins, responsable d’une « hotline » d’aide : « De nombreuses personnes, en particulier les plus jeunes, ne veulent pas se rapprocher de la police » pour signaler des faits de ce type, voire n’en parlent pas du tout.
 
Le Parlement britannique a été saisi de l’affaire de la « vengeance porno » (« porn revenge ») afin de voter une loi qui pénalise la pratique.
 
La question qui se pose est évidemment celle de cette « culture » où les photos à contenu sexuellement explicite sont si faciles à obtenir, y compris des images de fillettes de 11 ou 13 ans…