fbpx

Pétition en Russie pour interdire totalement l’avortement

Russie pétition interdire avortement
 
Le mouvement citoyen « Pro vie » a reçu plus de 300.000 signatures, y compris celles du nouveau médiateur des enfants nommé par Poutine, Anna Kuznetsova, et du patriarche orthodoxe Kirill.
 
Sergueï Chesnokov, responsable du mouvement, espère ainsi réveiller l’opinion publique et attend d’avoir 1 million de signatures pour saisir l’administration présidentielle. La pétition souligne que « l’infanticide légal est un acte similaire au sacrifice d’enfants païens » et désigne ses effets néfastes pour la démographie nationale, la santé physique et psychique des femmes, et pour la Russie elle-même qui perd à travers ce massacre « sa bénédiction divine », mettant en jeu « sa souveraineté » et courant le risque de défaites politiques et militaires, et de désordres sociaux.
 
Un langage fort qu’on n’ose plus en Occident, mais il faut dire que la Russie compte actuellement 700.000 avortements par an pour 1.900.000 naissances vivantes, une proportion encore plus effroyable qu’ailleurs.
 
La société civile se mobilise et on le comprend. La Russie possède un programme anti-avortement sous forme de consultations spécialisées dans les centres médicaux. Mme Kuznetsova a indiqué qu’en 2015, plus 266.000 femmes s’y sont rendues ; un peu moins du quart a renoncé à avorter. Cela fait toujours près de 70.000 bébés sauvés, mais c’est peu par rapport au désastre.