fbpx

Une « Sainte-Ligue des nations » pour la bataille spirituelle du Rosaire du 15 août au 7 octobre prochain

Sainte Ligue nations bataille spirituelle Rosaire 15 aout 7 octobre
 
Le succès des « Rosaires aux frontières » a poussé leurs organisateurs dans divers pays à lancer un nouveau mouvement face aux multiples dangers qui menacent le monde. Ils ont décidé de lancer une « Sainte Ligue des nations » pour faire monter une prière de supplication depuis de nombreux pays. Elle prendra la forme d’une « neuvaine » de 54 jours depuis le soir du 15 août, fête de la glorieuse Assomption de la Vierge Marie, jusqu’au 7 octobre, fête du Saint Rosaire – et anniversaire de la bataille de Lépante, ce n’est pas un hasard.
 
Dans un communiqué publié mardi, les responsables américains de Rosary Coast to Coast ont présenté leur déclaration d’intention : « La mise en place de la Nouvelle Sainte-Ligue des nations constitue un front uni dans la bataille spirituelle où le monde entier est plongé, pour défendre la dignité de la personne humaine : vie, mariage, famille, ainsi que la liberté religieuse. »
 
L’initiative tire son nom des Saintes-Ligues qui ont existé par le passé, et qui avaient en commun la mise en place d’une solidarité de la chrétienté pour lutter contre la menace ottomane – et plus exactement celle de l’islam qui cherchait à conquérir l’Europe. Si la première d’entre elles, constituée à l’appel de la République de Venise, ne connut pas le succès, celle de 1571, dans laquelle saint Pie V joua un rôle clef, devait obtenir la victoire spectaculaire, décisive, et surtout miraculeuse de Lépante. Victoire que commémore d’ailleurs la fête du Saint Rosaire fixée au 7 octobre par ce même pape en souvenir de l’intercession de Marie qui assura la défaite des Turcs.
 

La nouvelle « Sainte-Ligue des nations » veut implorer le Ciel au nom de la chrétienté

 
Par la suite, deux nouvelles Saintes-Ligues furent couronnées par des victoires chrétiennes : celle de la bataille de Vienne, puis celle de la Hongrie face à la pression de l’Empire ottoman au XVIIe siècle.
 
C’était une époque où la chrétienté était, aussi, une réalité politique ; où elle pouvait compter sur le secours des armes et la mobilisation des armées. Les choses ont bien changé. L’immense majorité des nations jadis chrétiennes ont apostasié publiquement tandis que leurs peuples ont sombré dans une apostasie silencieuse faite d’oubli des vérités de la foi, de rejet de ses exigences, de refus de Dieu à tant de niveaux. La Nouvelle Sainte-Ligue des nations n’a ni canons ni munitions ; elle se bat au contraire dans un environnement hostile, où gouvernements et pouvoirs publics sont mobilisés doublement pour imposer la culture de mort dans ses deux variantes : le rejet de la loi et de la moralité naturelles par le refus du plan de Dieu pour l’humanité et son épanouissement, ici-bas et dans l’au-delà, et une lutte mortelle contre le christianisme dont l’expansion de l’islam est l’une des manifestations les plus visibles (mais non la seule).
 
Les responsables de Rosary Coast to Coast assument totalement la dimension spirituelle de ce combat : la seule qui nous reste à l’heure actuelle mais aussi la plus importante, la plus forte, celle qui est assurée de la victoire… Notre Dame de Fatima n’a-t-elle pas promis le triomphe de son Cœur Immaculé en demandant aux enfants de Fatima, et à tous les catholiques à travers eux, d’utiliser l’arme la plus puissante pour notre temps, le chapelet ?
 
« Cette “déclaration de guerre” », ont-ils expliqué, est à comprendre au sens donné par saint Paul dans son Epitre aux Ephésiens. « “Car ce n’est pas contre la chair et le sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice des régions célestes.” Ensemble, nous supplions Dieu, par la puissante intercession de Notre Dame du Rosaire, de guérir nos pays et de les tourner de nouveau vers la Sainteté. »
 
Chaque nation participante est invitée à préciser ses intentions propres.
 

La bataille spirituelle du Rosaire prendra la forme de six neuvaines de chapelets

 
Dès à présent, les groupements nationaux du Royaume-Uni, de l’Irlande, de l’Australie et du Canada ont confirmé leur participation auprès de LifeSiteNews, rapporte Dorothy Cummings McLean. Les organisateurs ont également fait part de la présence de représentants de leur mouvement en Pologne, au Liban, en Inde, au Mexique, au Panama et dans d’autres pays d’Amérique centrale et d’Amérique-du-Sud.
 
Le premier pays à entrer dans la sextuple neuvaine de chapelets sera – fuseaux horaires obligent – l’Australie, qui a 15 heures d’avance sur New York, avec les intentions nationales déjà définies : protéger la famille, ranimer la foi, demander la protection divine. Au Canada, on espère obtenir le soutien des évêques du pays.
 
Aux Etats-Unis, plus de 400 événements en relation avec l’initiative sont déjà en préparation, sous le titre « Novena for our Nation », sous le patronage de Notre Dame de Fatima.
 
« Nous continuons de vivre en des temps sans paix, où les lois et les décisions des tribunaux vont à l’encontre des lois de Dieu, spécialement par le mépris des enfants à naître, des personnes âgées et des plus faibles, et par les attaques contre le mariage et les valeurs familiales », précise le site des organisateurs américains, où tous les participants sont invités à s’enregistrer.
 

54 jours exactement, du 15 août 7 octobre, pour obtenir l’intercession de Marie par le chapelet

 
Le cardinal Raymond Burke a apporté son patronage et son soutien à l’initiative américaine qui s’étend désormais à travers le monde : « J’appuie de tout cœur la Neuvaine pour notre Nation, qui commencera le 15 août, et le grand Rassemblement du Rosaire qui aura lieu le 7 octobre, à l’occasion du 445e anniversaire de la bataille de Lépante. J’exhorte tous ceux qui le peuvent à participer à ces grandes œuvres spirituelles pour le bien de notre nation tout entière. De manière spéciale, en tant que conseiller spirituel de la Sainte-Ligue, j’exhorte tous les membres de la Sainte-Ligue à faire preuve d’un leadership solide en vue de cette grande campagne de prière pour notre nation. »
 
Dans un communiqué mis en exergue sur le site de la neuvaine américaine, le cardinal souligne la profondeur de la « crise morale » à laquelle sont confrontés les Etats-Unis. « L’une des prières les plus puissantes dont nous disposions dans l’Eglise est en réalité le saint Rosaire. Je pense, par exemple, à la bataille de Lépante et à la victoire obtenue le 7 octobre 1571 sur les Ottomans qui avaient pour objectif la conquête de l’Europe chrétienne. Tournons-nous aujourd’hui vers cette puissante prière du saint Rosaire, en demandant à Marie, l’Immaculée, d’intercéder auprès de Notre Seigneur pour apporter à notre nation la guérison, et pour qu’Il inspire à ses citoyens la sainteté de vie qui seule peut la transformer. »
 
Les maux dont souffre notre vieille Europe sont ceux-là, mais aussi sa lente mort par le refus de la vie, et son invasion par des religions fausses : de l’homme, de la terre, de Mahomet. Par les temps qui courent, elle a sans doute encore davantage besoin que l’Amérique de ces prières communes, tendues vers un même but et tellement nécessaire alors que Dieu nous laisse même libres de demander son secours… ou non, pour intervenir dans l’histoire des hommes.
 

La « neuvaine de 54 jours » : une dévotion demandée par Marie, Reine du Rosaire

 
Un mot de la « neuvaine de 54 jours ». C’est une dévotion demandée lors d’une révélation privée de la Sainte Vierge en Italie en 1884, l’année, précisément, où le pape Léon XIII composait sa prière à l’archange Saint-Michel dont il demanda la récitation à la fin de chaque messe pour obtenir le secours du prince des Milices célestes contre le démon. Le 3 mars de cette année-là, la jeune Fortuna Agrelli, victime de trois maladies incurables, condamnée par la médecine de l’époque, commença avec sa famille une neuvaine de chapelets.
 
Au 9e jour, la jeune fille eut une vision de Notre Dame, assise sur un trône majestueux avec son Divin Enfant sur les genoux, entourée de personnages lumineux, un rosaire à la main. Fortuna s’exclama : « Reine du Saint Rosaire, soyez bonne avec moi, rendez-moi la santé ! Je vous ai déjà prié par une neuvains, O Marie, mais je n’ai pas encore ressenti votre aide. Je désire tant être guérie ! »
 
« Mon enfant », répondit la Vierge, « tu m’as invoquée sous différentes vocables et tu as toujours obtenu de moi des faveurs. Maintenant, comme tu m’as saluée par le nom qui m’est si agréable, Reine du Très Saint Rosaire, je ne peu plus te refuser la faveur que tu implores ; car ce nom m’est très précieux et très cher. Fais trois neuvaines, et tu obtiendras tout. »
 
Lors d’une nouvelle vision, la Reine du Très Saint Rosaire apparut à la jeune fille et lui dit : « Quiconque désire obtenir des faveurs de moi doit dire trois neuvaines de chapelets, puis trois neuvaines d’action de grâces. »
 
Fortuna obéit, et recouvra une parfaite santé.
 
Le site « Novena for our Nation » précise qu’il est demandé de prier chaque jour un chapelet, correspondant aux mystères du jour de la semaine, joyeux, douloureux et glorieux médités dans l’ordre : vingt-sept jours de demande, vingt-sept jours d’action de grâce, que la demande apparaisse comme accordée ou non. Il ajoute que la prière correspondant à 1884, époque à laquelle les mystères lumineux n’existaient pas encore, la neuvaine se récite uniquement avec les mystères joyeux, douloureux et glorieux.
 

Jeanne Smits