fbpx

Naguère envoyé dans la Silicon Valley pour promouvoir la vision chinoise de la censure sur Internet, Lu Wei est désormais accusé de corruption

Silicon Valley promouvoir vision chinoise censure Internet Lu Wei
 
Le très puissant Lu Wei, chef de l’Administration du cyberespace en Chine de 2014 à juin 2016 avait multiplié les rencontres avec les PDG de Facebook, Amazon et Apple aussi bien en Californie que lors des visites de ces derniers en Chine.
 
C’est l’agence anticorruption du parti communiste chinois qui vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête contre le « Monsieur Censure » du web chinois, pour « violations disciplinaires graves » – c’est ainsi qu’on désigne communément la corruption, délit multiforme qui permet notamment d’éliminer des opposants politiques.
 
A ce jour, 1,4 million de membres du PC chinois ont été sanctionnés pour ce motif et Xi Jinping, en se faisant réélire à l’unanimité à la tête du parti communiste le mois dernier, a promis que le combat contre la « corruption » va reprendre de plus belle.
 
On reproche sans doute à Lu Wei son profil peu discret et ses rencontres très médiatisées avec Tim Cook, Jeff Bezos ou Mark Zuckerberg – ce dernier avait pourtant placé un livre des discours de Xi bien en évidence sur son bureau lors de la visite, filmée bien sûr, de Lu à la Silicon Valley, alors que Facebook est toujours inaccessible depuis la Chine.