fbpx

Un sondage révèle que 64 % des Ecossais veulent une réduction de l’immigration

sondage 64 pour cent Ecossais réduction immigration
 
Un nouveau sondage de la BBC mené en Ecosse révèle que près des deux tiers des Ecossais souhaitent une réduction de l’immigration : les Ecossais sont presque aussi hostiles à l’immigration que la population du reste de la Grande-Bretagne.
 

Les Ecossais veulent moins d’immigration

 
49 % d’entre eux veulent moins d’immigration, exactement la même proportion que partout ailleurs en Grande-Bretagne, et 15 % voudraient qu’elle soit totalement arrêtée. Seules 5 % des personnes interrogées pensent que l’immigration devrait s’amplifier (ce que prônent certains hommes politiques), un peu plus qu’en Angleterre.
 

En Ecosse, femmes et personnes âgées sont les plus favorables à la réduction de l’immigration

 
27 % des Ecossais considèrent que l’immigration a été une bonne chose pour le pays, contre 22 % seulement dans le reste de la Grande-Bretagne.
 
En Ecosse toujours, 64 % de la population veut voir l’immigration réduite ou stoppée complètement, contre 70 % en Grande-Bretagne.
 
Et ce sont les femmes qui sont les plus nombreuses à demander une réduction de l’immigration : elles sont 69 %, contre 60 % chez les hommes. Les personnes âgées de plus de 60 ans sont largement favorables à la réduction de l’immigration : 76 % d’entre elles la souhaitent, les jeunes 18 à 24 ans ne sont « que » 43 %.
 
Les personnes aux revenus les plus élevés qui sont plus favorables à l’immigration que les autres.
 

Selon les sondages, l’immigration aussi critiquée en Ecosse que dans le reste de la Grande-Bretagne

 
Les réponses sont similaires entre l’Ecosse et le reste du Royaume-Uni, alors même que l’immigration est assez restreinte en Ecosse : la moyenne des entrées par an en Ecosse est de 10.000 personnes, sur 300.000 entrées dans l’ensemble du Royaume-Uni.
 
En 2010, David Cameron avait promis de baisser les chiffres pour parvenir à 100.000 entrées par an, mais l’année dernière, l’ancien Premier ministre Alex Salmond avait promis d’augmenter l’immigration en Ecosse.
 
Le professeur Marina Shapira, de l’Ecole des sciences appliquées de l’Université de Stirling, explique ces résultats par la proximité des Ecossais avec le reste du Royaume-Uni : ils entendent le discours des « hommes politiques l’ensemble du Royaume-Uni ». « Ils ont un espace économique commun, un espace politique commun et c’est que pour cette raison que ces personnes ne se sentent pas éloignés des propos qui sont tenus au reste de la population britannique », assure-t-elle.
 
Partout en Europe, les populations ont le même avis sur l’immigration. En bons démocrates, l’Union européenne et les gouvernements des Etats membres continueront donc à ouvrir les frontières.