fbpx

Crise en Ukraine : la Russie menace de couper le gaz à l’Europe

Ukraine  Russie couper gaz Europe
 
La Russie a brandi la menace d’une coupure du gaz à l’Europe juste avant l’ouverture, vendredi à Berlin, des négociations devant réunir ses représentants avec ceux de l’Ukraine et de l’Union européenne. Une réunion dont la toile de fond est évidemment la crise, politique et militaire, qui oppose déjà les mêmes antagonistes en Ukraine – même si, pour l’heure, les combats ont diminué d’intensité.
 
Jeudi à New York, les chefs de la diplomatie des sept pays les plus développés, réunis au sein du G7, et le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, ont tenté d’obtenir de la Russie le respect des engagements pris lors de la signature du plan de paix. Avec, à la clef, la menace de nouvelles sanctions contre Moscou.
 

Une dette en milliards

 
On suppose donc que, ce vendredi à Berlin, les Européens ne vont pas jusqu’à s’étonner que les Russes leur rendent, sur la question du gaz, la monnaie de leur pièce.
 
Depuis que le géant gazier russe Gazprom a interrompu, en juin dernier, ses livraisons à l’Ukraine, au motif que celle-ci refusait la hausse des prix que Moscou entendait lui imposer, la situation s’est nettement dégradée – sur le plan économique. Ce sont en effet 5,3 milliards de dollars d’impayés que la Russie réclame aujourd’hui à l’Ukraine. En acceptant de restructurer une partie de cette dette… Et pas question de claquer la porte en allant chercher du gaz ailleurs : ce serait, indique clairement Moscou, contraire aux contrats signés.
 

Couper le gaz à l’Europe

 
On ne sait encore si cette diplomatie économique trouvera une solution à Berlin. Sinon, c’est à l’ensemble des Européens que Moscou menace de fermer les robinets du gaz. Ne serait-ce que pour éviter que l’Europe ne revende du gaz à l’Ukraine.
 
En attendant, l’Union européenne regarde du coté de l’Iran, avec lequel, paraît-il, nos relations se seraient améliorées, pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie.