fbpx

Zenna Atkins, ex-responsable d’OFSTED, organe de contrôle des écoles britanniques, accusée de répandre des messages obscènes sur Facebook

Zenna Atkins OFSTED ecoles messages obscenes Facebook britanniques controle
 
Zenna Atkins a dirigé l’OFSTED, l’organe public de contrôle des écoles britanniques, de 2006 à 2010, et elle est aujourd’hui président des « gouverneurs » (le conseil d’administration) de la Portslade Aldridge Community Academy, un établissement qui compte plus de 900 élèves. Mme Atkins, 49 ans, blonde flamboyante, est en butte à la colère de nombre de parents qui l’accusent de répandre des messages inconvenants sur Facebook. A juste titre, observent-ils, l’école ne cesse de faire la leçon à leurs enfants afin qu’ils ne participent pas aux envois de messages et images à connotation sexuelle sur internet. Zenna Atkins n’a pas de ces pudeurs…
 
La visite de sa page Facebook avait alerté les parents de l’école : ils y avaient découvert des messages « x » où elle évoquait les propositions sexuelles qu’elle avait faites (sans succès) « à un très bel homme », mais aussi des photos de trois enfants dans un lit avec un message obscène et une image d’elle faisant un doigt d’honneur.
 

A la tête d’OFSTED, Zenna Atkins préconisait les jeux vidéos violents

 
Zenna Atkins s’était déjà fait connaître alors qu’elle dirigeait OFSTED (qui se permet de faire la leçon aux écoles chrétiennes qui se montrent insuffisamment ouvertes à la diversité, islamique notamment) en prônant le maintien d’au moins un professeur « nul » dans chaque école primaire afin que les enfants apprennent à « jouer avec une autorité qu’ils savent mauvaise », et en encourageant l’enseignement des mathématiques à travers des jeux vidéo violents parce qu’ils entretiennent « la pensée intuitive ». C’était peu avant de prendre la décision de quitter l’organisme public pour créer une société privée.
 
La page Facebook de Mme Atkins était restée publique jusqu’à ce que des parents s’émeuvent de ce qu’on pouvait y trouver. Elle a été réservée depuis peu aux contacts personnels de Zenna Atkins.
 

Malgré des messages obscènes sur Facebook, les écoles lui font confiance

 
L’Aldridge Foundation, qui sponsorise l’école dont elle préside aujourd’hui le conseil d’administration, en tire argument pour la soutenir à 100%. « Ni l’académie, ni la fondation, ni le gouverneur représentant les autorités locales n’ont reçu de plaintes à ce sujet, que ce soit d’un parent ou de n’importe qui d’autre. Le profil professionnel de Zenna Atkins peut être consulté sur le réseau social LinkedIn. Elle a confirmé que son compte Facebook est destiné à un réseau privé d’amis proches et de membres de sa famille. »
 
Bref, son « expérience » justifie tout… Comme par le passé, apparemment, puisque cette femme qui a raté par trois fois ses « O-levels » (examen de fin d’études secondaires ne permettant pas l’entrée à l’université) a été gratifiée par l’université de Portsmouth d’un doctorat honoraire en droit. Ce sont ses qualités d’entrepreneur qui lui avaient obtenu la direction d’OFSTED – avec un budget annuel de 280 millions de livres, 3.000 employés et 47.000 inspections par an – avant qu’elle ne prenne jusqu’en 2013 la tête de Wey Education, une société commerciale associée avec le réseau des écoles d’Etat pour proposer « la première école d’éducation en ligne ».
 
Les obscénités répandues par Mme Atkins sont finalement sans doute moins graves que ses choix pédagogiques que personne ne semble lui contester.