Amoris Lætitia : le cardinal Caffarra interpelle le pape et dénonce la confusion dans l’Église

Amoris Lætitia Cardinal Carlo Caffarra

Le cardinal Christoph Schönborn lors de la présentation de « Amoris Laetitia » au Vatican le 8 avril 2016.


 
Ferme défenseur de la doctrine catholique traditionnelle sur le mariage, le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne et l’un des opposants au cardinal Walter Kasper lors du Synode extraordinaire sur la famille d’octobre 2014, a accordé le 11 juillet un long entretien à Maike Hickson pour le blogue étatsunien One Peter Five, sur Amoris Lætitia. Nous avons choisi de n’en traduire que deux extraits saillants. Le débat sur Amoris Lætitia est loin, très loin d’être clos…
 

Caffarra demande au pape François des clarifications sur Amoris Lætitia

 
« Au n° 308 d’Amoris Lætitia le Saint-Père François écrit : « Je comprends ceux qui préfèrent une pastorale plus rigide qui ne prête à aucune confusion ». J’infère de ces mots que le Saint-Père est conscient que les enseignements de l’Exhortation peuvent prêter à confusion. Je souhaite personnellement – et c’est aussi ce que pensent beaucoup de mes frères dans le Christ (des cardinaux, des évêques et également des fidèles laïcs) – que la confusion soit levée, non pas parce que je préférerais une pastorale plus rigide, mais plutôt parce que préfère tout simplement une pastorale plus claire et moins ambiguë. Cela dit, et avec tout le respect, l’affection et la dévotion que je dois nourrir envers le Saint-Père, j’aimerais lui dire ceci : S’il vous plaît, Votre Sainteté, veuillez clarifier ces points. a) Jusqu’à quel point ce que Votre Sainteté a dit dans la note 351 du n° 305 [Dans certains cas, il peut s’agir aussi de l’aide des sacrements. Voilà pourquoi, « aux prêtres je rappelle que le confessionnal ne doit pas être une salle de torture mais un lieu de la miséricorde du Seigneur » : Exhort. ap. Evangelii gaudium (24 novembre 2013), n. 44 : AAS 105 (2013), p. 1038. Je souligne également que l’Eucharistie « n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles » (Ibid., n. 47 : p. 1039)], s’applique aussi aux couples de divorcés remariés qui entendent de toute manière continuer à vivre comme mari et femme, et par conséquence jusqu’à quel point ce qui est enseigné dans Familiaris Consortio (n° 84), dans Reconciliatio Poenitentia (n° 34), dans Sacramenttum unitatis (n° 29), dans le Catéchisme de l’Église catholique (n° 1650) et dans la doctrine théologie commune, doit être désormais considéré comme abrogé ? b) C’est un enseignement constant de l’Église – et cela a été réitéré dans Veritatis splendor (n° 79) – qu’existent des normes morales négatives qui ne tolèrent aucune exception, en ce qu’elles interdisent des actes qui sont intrinsèquement déshonorants et malhonnêtes comme, par exemple, l’adultère. Cet enseignement traditionnel doit-il toujours être tenu pour vrai même après Amoris Lætita ? C’est ce que j’aimerais dire au Saint-Père […] »
 

Pour le cardinal Carlo Caffarra, Schönborn se trompe et nous trompe

 
« Je réponds par deux simples remarques. La première est celle-ci : on ne doit pas lire le Magistère antérieur sur le mariage à la lumière d’Amoris Lætitia, mais on doit lire Amoris Lætitia à la lumière du Magistère antérieur. La logique de la Tradition vivante dans l’Église est bipolaire : elle a deux directions, et non une seule. Ma deuxième remarque est plus importante. Dans son [récent] entretien au Corriere della Sera, mon cher ami le cardinal Schönborn ne tient pas compte de ce qui est arrivé dans l’Église depuis la publication d’Amoris Lætita. Des évêques et beaucoup de théologiens fidèles à l’Église et au Magistère soutiennent que notamment sur un point particulier – mais un point très important –, il n’y a pas continuité mais au contraire opposition entre Amoris Lætiita et le Magistère précédent. En outre, ces théologiens et philosophes ne soutiennent pas cela dans un esprit de dénigrement ou de révolte envers le Saint-Père lui-même. Et le point est le suivant : Amoris Lætitia dit que, dans certaines circonstances, une relation sexuelle entre des divorcés remariés civilement est moralement légitime. Et plus encore, l’Exhoration dit que ce que le Concile de Vatican II a déclaré sur les époux – pour ce qui concerne leur intimité sexuelle – s’applique aussi à eux (voir la note 329 [Jean-Paul II, Exhort. ap. Familiaris consortio (22 novembre 1981), n. 84 : AAS 74 (1982), p. 186. Dans ces situations, connaissant et acceptant la possibilité de cohabiter ‘‘comme frère et sœur’’ que l’Église leur offre, beaucoup soulignent que s’il manque certaines manifestations d’intimité « la fidélité peut courir des risques et le bien des enfants être compromis »  (Conc. Œcum. Vat. II, Const. past. Gaudium et spes, sur l’Église dans le monde de ce temps, n. 51)]. Donc, quand on dit qu’une relation sexuelle hors mariage est légitime, c’est par conséquent une affirmation contraire à la doctrine de l’Église sur la sexualité, et quand on dit qu’un adultère n’est pas un acte intrinsèquement malhonnête – et que, par conséquent, il pourrait y avoir des circonstances qui le rendraient non malhonnête –, c’est, là encore, une affirmation contraire à la Tradition et à la doctrine de l’Église. Dans une telle situation, le Saint-Père, selon moi – et je l’ai déjà écrit –, doit donc clarifier l’affaire. Car si je dis A est B puis A n’est pas B, la seconde proposition n’est pas un développement de la première, mais plutôt sa négation. Quand quelqu’un dit : la doctrine demeure mais il ne s’agit que de tenir compte de quelques rares cas, je réponds : la norme morale « Tu ne commettras point d’adultère » est une norme ABSOLUMENT NÉGATIVE qui ne tolère aucune exception. Il y a plusieurs manières de faire le bien, mais il n’y en a qu’une seule pour ne pas faire le mal : c’est de ne pas faire le mal […] »
 

Adam Villiers