fbpx

“Cosmopolitan” vante le nouveau contraceptif hormonal Kyleena

contraceptif hormonal Kyleena Cosmopolitan
 
20 fois moins d’hormones que la pilule « classique », une efficacité garantie à 99 % pendant 5 ans, « sans y penser » : pour le magazine féminin anglophone aux avant-postes de tous les combats pour la libération sexuelle et la culture de mort, Kyleena, le plus récent dispositif intra-utérin des laboratoires Bayer, est la réponse aux attentes des femmes en matière de contraception. Le nouveau contraceptif fonctionne toujours aux hormones mais aurait moins d’inconvénients – et surtout, présente moins de risques d’oubli – que les pilules « classiques ».
 
Enthousiaste, Cosmopolitan évoque le faible dosage en lévonorgestrel de Kyleena et rappelle au passage les inconvénients des pilules hormonales : risque accru d’AVC, perte de mémoire, convulsions, dépression… Tout d’un coup, la presse grand public fait ainsi mine de découvrir les innombrables effets secondaires de la contraception orale. Après avoir encouragé les femmes à les utiliser pendant des années en expliquant que tout cela était faux ou marginal…
 

Le contraceptif hormonal Kyleena de longue durée, remède à tous les maux ?

 
Kyleena est un dispositif qui libère de petites quantités d’hormones directement dans l’utérus, avec un effet d’épaississement de la glaire cervicale et de réduction de la croissance des muqueuses utérines, ce qui inhibe la rencontre des spermatozoïdes et de l’ovule. Cosmopolitan ne nous parle pas de l’effet anti-nidatoire qui est pourtant envisagé dans ce compendium médical.
 
La liste des contre-indications et des effets indésirables de ce contraceptif est pourtant longue et impressionnante, il suffit de lire la notice. Il ne semble pas que la journaliste de Cosmopolitan ait pris cette peine, elle qui présente Kyleena comme le « compromis idéal » entre l’arrêt de la pilule par celles qui n’en peuvent plus d’avaler des hormones et l’arrêt de toute contraception.
 

Cosmopolitan dénonce la pilule pour mieux vanter un dispositif intra-utérin

 
La presse féminine se fait de plus en plus l’écho des effets indésirables de la pilule, et c’est tant mieux : il y a eu sur ce plan une vraie omerta qui sans être totalement levée est pourtant bien entamée. Mais c’est pour mieux vanter – le mouvement est en cours depuis plusieurs années – les contraceptifs de longue durée. Un refus de la vie finalement plus radical encore.
 

Jeanne Smits